mis à jour le

Un billet de 100 milliards pour acheter des oeufs. REUTERS/Philimon Bulawayo
Un billet de 100 milliards pour acheter des oeufs. REUTERS/Philimon Bulawayo

Nous sommes tous multi-milliardaires en dollars zimbabwéens

La Banque centrale du Zimbabwe a annoncé qu'elle abandonnait sa monnaie. Il faut 500 milliards zimbabwéens pour un centime de dollars américain.

Il y a des comparaisons qui veulent tout dire. "L'une des rares banques centrales qui ferait passer l'Allemagne des années 1920 pour une période de prudence monétaire et de stabilité a finalement abandonné sa monnaie nationale". Ces bons mots sont signés par le Financial Times pour décrire un évènement économique rare qui vient de se produire au Zimbabwe. 

La Banque de réserve nationale a en effet annoncé vendredi 12 juin qu'elle allait démonétiser les dollars zimbabwéens à partir du 15 juin. Ce processus, décidé par le ministère des Finances et de l'économie, devrait se dérouler jusqu'au 30 septembre, date à laquelle l'ancienne monnaie nationale n'aura plus aucune valeur. 

Pendant cette période, les billets (les pièces ne sont plus utilisées) peuvent êtres échangés contre des dollars américains. Le taux de change actuel ne devrait pas être modifié: soit le chiffre extravagant de 500 milliards de dollars zimbabwéens contre un centime de dollars américain. Complètement fou, mais vrai.

La crise économique qui secoue le pays depuis des années a complètement dévalué la monnaie nationale. "Les Zimbabwéens doivent remplir des sacs plastiques de billets pour régler leurs achats", explique le quotidien britannique The Guardian. Dans les boutiques les prix sont changés au minimum deux fois par jour. 

Depuis 2014, les devises chinoise, australienne ou sud-africaine sont officiellement acceptées par le gouvernement. 

La spirale économique a ruiné un pays exsangue après 28 ans de règne de Robert Mugabe, dictateur à la poigne de fer âgé de 91 ans. "Les billets perdent déjà de leurs valeurs alors que l'encre n'est pas encore sèche après impression", écrit The Financial Times. Contrairement au reste de l'Afrique australe qui a connu une croissance annuelle moyenne de 5% entre 2002 et 2012, l'économie du Zimbabwe a plongé de 2.6% par an sur la même période, selon les chiffres du Fond monétaire international. 

Un chaos dont les billets à 15 zéros du Zimbabwe ne sont que l'illustration. 

Lu sur The Guardian, Financial Times

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

inflation

Neila Latrous

Inflation : quels sont les produits dont les prix augmentent le plus vite ?

Inflation : quels sont les produits dont les prix augmentent le plus vite ?

Ramadan

Le ramadan en plein été, c'est mauvais pour l'économie

Le ramadan en plein été, c'est mauvais pour l'économie

D.Boye

Président Macky SALL : le Conseil Économique, Social et Environnemental est une inflation institutionnelle !

Président Macky SALL : le Conseil Économique, Social et Environnemental est une inflation institutionnelle !

Robert Mugabe

Money money money

Les mystérieuses formations rocheuses imprimées sur les dollars du Zimbabwe

Les mystérieuses formations rocheuses imprimées sur les dollars du Zimbabwe

Old man

Au Zimbabwe, Robert Mugabe veut rester au pouvoir jusqu'à 99 ans

Au Zimbabwe, Robert Mugabe veut rester au pouvoir jusqu'à 99 ans

Corruption

Le Zimbabwe organise ses jeux paralympiques mais ne paye pas les organisateurs handicapés

Le Zimbabwe organise ses jeux paralympiques mais ne paye pas les organisateurs handicapés

Zimbabwe

AFP

Emmerson Mnangagwa, le "Crocodile" enfin

Emmerson Mnangagwa, le "Crocodile" enfin

AFP

Le vice-président Mnangagwa, limogé par Mugabe, de retour au Zimbabwe

Le vice-président Mnangagwa, limogé par Mugabe, de retour au Zimbabwe

AFP

Le Zimbabwe interdit les importations de fruits et légumes faute de devises

Le Zimbabwe interdit les importations de fruits et légumes faute de devises