mis à jour le

Un champs de blé en Egypte. Photo: REUTERS/Amr Abdallah Dalsh
Un champs de blé en Egypte. Photo: REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Le combat des communautés africaines contre l'expropriation de leurs terres

Les garde-fous judiciaires ne suffisent pas pour empêcher la privatisation des terres arables sur le continent.

La situation critique dans laquelle se trouve des millions d'Africains dont les terres sont convoitées par des Etats ou des entrepreneurs privés a été symbolisée par le mouvement de révolte de vieilles femmes ougandaises le 16 avril 2015 dans la région d'Amuru dans le nord de l'Ouganda. Plongées dans le désespoir à cause de la volonté du gouvernement de mettre la main sur leurs terres, ces femmes ont ôté leurs vêtements en public, se retrouvant nues devant des hommes politiques, des soldats et des géomètres venues prendre des mesures dans leurs champs.

Le message de ces femmes? Il était simple: demander au gouvernement pourquoi il convoite leurs parcelles agricoles "Les femmes d'Amuru ne gagneront probablement pas le soutien de la communauté internationale dans ce combat, mais elles font voler en éclat un tabou sociétale et contribuent à changer les mentalités sur la question sur le continent", écrit le site d'analyse African Arguments sur le sujet

La corruption plus forte que la justice

Dans ce combat, le gouvernement ougandais argue qu'il ne veut que redessiner la frontière administrative entre deux districts qui abritent deux communautés ethniques. Mais les opposants au projet dénoncent une volonté politique de vendre une partie des terres à des acteurs économiques qui lorgnent sur des sous-sols riches en minerais. Du pétrole a été découvert dans la région voisine de Nwoya. 

La seule solution pour les habitants d'Amuru est de déplacer le combat sur le terrain judiciaire. "Quelques unes des nouvelles constitutions des Etats africains ont permis une extension des droits des communautés sur leurs terres. La constitution du Soudan du Sud, écrite lors de la naissance de ce nouvel Etat en 2011, déclare ainsi que "toutes les terres du pays sont la proriété des gens du Soudan du Sud et autorise les expropriations uniqment en cas d'intérêt général". La politique foncière de l'Ouganda, réformée en 2013, reconnaît également le principe de protection des terres des communuautés rurales.

Mais ces gardes-fous judiciaires ne pèsent souvent rien en Afrique face à la corruption endémique qui règne dans certains pays. "Quand les terres se transforment en intérêt commercial, les élites locales - qui perçoivent des gains dans l'affaire - n'hésitent pas à outrepasser la loi", analyse Moses Adonga, un activiste ougandais, sur African Arguments. "Le problème n'est pas simplement le manque de droits sur le papier, c'est avant tout les pratiques des dirigeants africains qui entraînent un manque de protection des communuautés". 

Lu sur African Arguments

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: L'île où les millionnaires africains deviennent encore plus riches  La dernière monarchie absolue d'Afrique veut interdire le divorce  Le chef du renseignement du Nigeria cachait 43 millions de dollars chez lui 

Ouganda

AFP

Une chenille légionnaire ravageant les cultures détectée en Ouganda

Une chenille légionnaire ravageant les cultures détectée en Ouganda

AFP

CAN: Côte d'Ivoire bat Ouganda 3-0 en préparation, premier but de Zaha

CAN: Côte d'Ivoire bat Ouganda 3-0 en préparation, premier but de Zaha

AFP

Un journaliste burundais en exil poignardé en Ouganda

Un journaliste burundais en exil poignardé en Ouganda

Soudan du Sud

Sécurité

Les deux Soudans sécurisent leur frontière commune

Les deux Soudans sécurisent leur frontière commune

Alerte

Le Soudan du Sud menacé de famine

Le Soudan du Sud menacé de famine

Guerre

Ces conflits dont plus personne ne parle

Ces conflits dont plus personne ne parle