mis à jour le

Amende requise contre les arroseurs de ketchup de l'ambassadeur de RDC

Une amende de 1.000 euros a été requise jeudi à Paris, à l'encontre de cinq opposants au régime congolais, poursuivis pour avoir aspergé de ketchup l'ambassadeur, après la découverte près de Kinshasa d'une fosse commune abritant, selon eux, des corps de manifestants.

L'action "préméditée" a été réalisée en "franchissant la loi française", a estimé le ministère public qui a requis une peine de 100 jours-amende à 10 euros à l'encontre de chacun des prévenus poursuivis pour "violences volontaires en réunion" et "dégradations volontaires".

Âgés de 32 à 54 ans, les cinq prévenus, quatre hommes et une femme, ont expliqué à la barre du tribunal correctionnel de Paris avoir agi pour alerter "la communauté internationale et les médias de ce qui se passe en République démocratique du Congo" (RDC).

Le 8 avril dernier, le groupe, qui avait filmé son action et posté la vidéo sur internet, s'était introduit dans l'ambassade de la RDC à Paris et aspergé Atoki Ileka de sauce à la tomate après avoir déchiré des portraits du président Joseph Kabila et décroché des drapeaux.

"On était calmes, déterminés et réfléchis. Le ketchup c'est le sang du peuple congolais", s'est défendu Lucien Prince Nganda, membre du Mouvement de l'unité nationale congolaise, opposé au régime de Kabila.

Les mis en cause ont expliqué s'en être pris à "des symboles" pour dénoncer la découverte près de Kinshasa d'une fosse commune dans laquelle ont été retrouvés début avril quelque 450 corps qui, selon eux, sont ceux de personnes tuées fin janvier lors de manifestations violentes contre un projet de révision de la loi électorale.

Les autorités, qui ont démenti les accusations, ont assuré que la fosse contenait 421 corps, principalement des mort-nés et des indigents, enterrés là le 19 mars pour désengorger la morgue générale de la capitale.

L'Union européenne a demandé l'ouverture d'une enquête "urgente et transparente" afin de lever les interrogations.

Parlant de scène "ubuesque", l'avocat de l'ambassadeur et de la RDC, parties civiles, a souligné le préjudice moral subi par M. Ileka qui s'est senti "humilié" et "atteint dans son honneur" suite à la diffusion de la vidéo. Il a réclamé 50.000 euros au titre du préjudice moral.

L'avocat des prévenus a pour sa part rappelé qu'il n'y "avait pas eu de coup, ni de blessure, mais que du ketchup et rien que du ketchup".

Le jugement a été mis en délibéré au 25 juin.

AFP

Ses derniers articles: Cri d'alarme pour l'éléphant de forêt d'Afrique centrale  Côte d'Ivoire: ouverture mardi du procès des "disparus du Novotel"  Guinée: au moins 5 morts lors de manifestations 

amende

AFP

Téléphonie: démission du PDG du groupe sud-africain MTN après une amende au Nigeria

Téléphonie: démission du PDG du groupe sud-africain MTN après une amende au Nigeria

AFP

Egypte: le satiriste Bassem Youssef condamné

Egypte: le satiriste Bassem Youssef condamné

Benoit DOSSEH

NBA : James Harden amendé pour flopping

NBA : James Harden amendé pour flopping

RDC

AFP

La RDC qualifie de "montage" une vidéo de tuerie par des soldats

La RDC qualifie de "montage" une vidéo de tuerie par des soldats

AFP

Foot: reprise du championnat de RDC 2 mois après sa suspension

Foot: reprise du championnat de RDC 2 mois après sa suspension

AFP

CAN: le Ghana se qualifie en demi-finale en battant la RDC

CAN: le Ghana se qualifie en demi-finale en battant la RDC