mis à jour le

Nigeria: des hauts gradés de l'armée passibles de crimes de guerre selon Amnesty

Amnesty International estime, dans un rapport sorti mercredi, avoir réuni assez de preuves pour que la Cour pénale internationale lance des poursuites pour crimes de guerre contre des hauts gradés de l'armée nigériane impliqués dans la lutte contre Boko Haram.

Pour compiler ce rapport de 133 pages intitulé "Des galons sur les épaules, du sang sur les mains", l'organisation de défense des droits de l'homme dit avoir réalisé plusieurs centaines d'entretiens, notamment avec des membres des forces armées nigérianes, et avoir eu accès à des documents du ministère nigérian de la Défense.

"Les forces armées nigérianes ont procédé à plus de 1.200 exécutions extrajudiciaires. Elles ont arrêté de manière arbitraire au moins 20.000 personnes, en grande majorité de jeunes hommes et des adolescents, et ont commis d'innombrables actes de torture", dit le rapport.

"Des centaines, si ce n'est des milliers de Nigérians ont été victimes de disparitions forcées. Et 7.000 au moins sont mortes de faim, par manque de soins médicaux, ou des suites de conditions de surpopulation" carcérale, ajoute le texte.

Amnesty "estime que ces actes (...)constituent des crimes de guerre", et "désigne nommément cinq hauts gradés de l'armée en charge des opérations dans le nord-est du Nigeria depuis 2012 et deux chefs d'état-major de l'armée et deux chefs d'état-major de la Défense, dont la responsabilité individuelle et hiérarchique serait engagée et devraient faire l'objet d'une enquête".

L'organisation, qui dit avoir remis les noms de ces personnes à la Cour pénale internationale (CPI), précise que les chefs d'état-major cités, basés à Abuja, "devraient faire l'objet d'une enquête quant à leur responsabilité hiérarchique potentielle pour des crimes commis par leurs subordonnés, étant donné qu'ils savaient ou qu'ils auraient dû savoir que des crimes étaient commis, et qu'ils n'ont pas pris les mesures appropriées".

La CPI a déjà ouvert une enquête préliminaire sur l'insurrection de Boko Haram, qui a déjà fait au moins 17.000 morts depuis 2009 selon Amnesty.

Le tribunal a estimé, par le passé, ne pas avoir de preuves suffisantes pour poursuivre l'armée nigériane quant à des violences systématiques commises à l'encontre de civils dans le cadre de la contre-insurrection.

Mais cette fois, "Amnesty estime que les preuves contenues dans ce rapport et soumises, en parallèle, au bureau du procureur de la CPI, sont suffisantes pour rouvrir le dossier".

Si ce nouveau rapport comporte de nouvelles accusations d'abus de la part des soldats nigérians dans le nord-est, le sujet n'est pas nouveau.

Amnesty, mais aussi Human Rights Watch et d'autres sources, dont l'AFP, ont déjà apporté la preuve d'exactions sommaires, de détentions arbitraires et de tortures en détention d'islamistes présumés au Nigeria.

Si l'ancien président Goodluck Jonathan et son administration ont souvent été critiqués pour ne pas accorder de procès en bonne et due forme aux membres présumés de Boko Haram, le nouveau président Muhammadu Buhari, investi la semaine dernière, s'est engagé à améliorer "les mécanismes légaux et opérationnels pour que des mesures disciplinaires soient adoptées contre les violations avérées des droits de l'homme par les forces armées".

crimes

AFP

Un jihadiste malien poursuivi pour crimes de guerre présenté

Un jihadiste malien poursuivi pour crimes de guerre présenté

AFP

CPI: un jihadiste malien poursuivi pour crimes de guerre comparaîtra mercredi

CPI: un jihadiste malien poursuivi pour crimes de guerre comparaîtra mercredi

AFP

Soudan du Sud: une commission de l'ONU veut des poursuites pour crimes contre l'humanité

Soudan du Sud: une commission de l'ONU veut des poursuites pour crimes contre l'humanité

guerre

AFP

Près de 100.000 migrants au Yémen en 2017 malgré la guerre (OIM)

Près de 100.000 migrants au Yémen en 2017 malgré la guerre (OIM)

AFP

Au Cameroun anglophone, Buea, une fac aux racines de la guerre

Au Cameroun anglophone, Buea, une fac aux racines de la guerre

AFP

Un ex-chef de guerre libérien condamné

Un ex-chef de guerre libérien condamné

l'armée

AFP

RDC : Des habitants en colère contre l'armée après un nouveau massacre de civils

RDC : Des habitants en colère contre l'armée après un nouveau massacre de civils

AFP

Burkina: HRW dénonce des abus de l'armée dans la lutte antiterroriste

Burkina: HRW dénonce des abus de l'armée dans la lutte antiterroriste

AFP

Mali: au moins 12 civils tués dans un incident impliquant l'armée malienne

Mali: au moins 12 civils tués dans un incident impliquant l'armée malienne