mis à jour le

Afrique du Sud: la justice donne raison

La justice sud-africaine a donné raison lundi au jeune tribun populiste Julius Malema, qui contestait la volonté du fisc de saisir ses biens pour rembourser plusieurs années de fraude, au risque de lui faire perdre son siège de député.

Julius Malema, qui a fait une percée remarquée l'an dernier aux législatives à la tête de son parti des "Combattants pour la liberté économique" (EFF), a été président de la Ligue de jeunesse du parti au pouvoir, l'ANC, de 2008 à 2012 avant d'être exclu.

Jugé à Pretoria, son litige avec le fisc (SARS) a finalement débouché sur un non-lieu, le fisc abandonnant les poursuites après que le juge Gregory Wright ait estimé que les moyens déployés par l'administration contre ce contribuable politiquement sensible étaient "disproportionnés". 

Grand pourfendeur des libertés prises par le président Jacob Zuma avec l'argent public, Malema est lui-même loin d'être au-dessus de tout soupçon, le fisc ayant découvert qu'il avait sous-déclaré ses revenus de 2005 à 2011 et lui devait 18 millions de rands (1,3 million d'euros).

Certains de ses biens, attestant d'un train de vie plus que confortable du temps où il était à l'ANC, ont déjà été saisis et vendus aux enchères, notamment une ferme et sa maison de Sandton, quartier luxueux de Johannesburg.

Porte-parole des laissés-pour-compte de l'Afrique du Sud post-apartheid, Malema n'a de cesse de s'en prendre aux richesses accumulées par la minorité blanche au fil de trois siècles de domination, qu'il s'agisse des mines ou des fermes agricoles.

L'abandon des poursuites par le fisc ne signifie pas qu'il n'en a pas terminé avec la justice: il reste inquiété pour son implication dans des marchés publics truqués dans le Limpopo (nord), accusé depuis septembre 2012 de fraude, corruption, blanchiment d'argent et racket. L'affaire doit revenir en audience en août.

Lundi, comme à chacune de ses apparitions devant la justice, Malema en a profité pour tenir un meeting devant plusieurs milliers de supporters et se poser en victime.

"Ce n'est pas une affaire fiscale, c'est une affaire politique!", a-t-il lancé. "L'Afrique du Sud n'est pas une république bananière car notre système judiciaire jouit d'une relative indépendance".

AFP

Ses derniers articles: Togo: l’opposition appelle  Lac Tchad: la vie reprend doucement sur les îles malgré la menace Boko Haram  Maroc: manifestation contre les violences sexuelles 

Afrique

AFP

Évasion de 20 prisonniers en Afrique du Sud

Évasion de 20 prisonniers en Afrique du Sud

AFP

Afrique du Sud: la justice autorise des enchères de cornes de rhinocéros

Afrique du Sud: la justice autorise des enchères de cornes de rhinocéros

AFP

Grace Mugabe, soupçonnée d'agression en Afrique du Sud, est rentrée au Zimbabwe

Grace Mugabe, soupçonnée d'agression en Afrique du Sud, est rentrée au Zimbabwe

justice

AFP

Cinq ans après le massacre de Marikana, les mineurs sud-africains demandent toujours justice

Cinq ans après le massacre de Marikana, les mineurs sud-africains demandent toujours justice

AFP

Accusée d'agression, Grace Mugabe comparaît devant la justice sud-africaine

Accusée d'agression, Grace Mugabe comparaît devant la justice sud-africaine

AFP

Nigeria: la justice confisque une luxueuse propriété

Nigeria: la justice confisque une luxueuse propriété