mis à jour le

Des migrants font la queue pour recevoir leur repas à Calais, le 19 mai 2015 | REUTERS/Pascal Rossignol
Des migrants font la queue pour recevoir leur repas à Calais, le 19 mai 2015 | REUTERS/Pascal Rossignol

Oui à des quotas de migrants

Les pays européens ne veulent pas entendre parler de quotas chiffrés, ni pour les demandeurs d’asile ni pour les autres émigrants. C’est une attitude absurde.

Une des plus grandes décisions dont doit débattre aujourd’hui l’Europe, et qui engage son avenir plus que toutes les autres, est en train d’être prise sans discussion, honteusement, dans le non-dit le plus absolu: faut-il, comme l’a proposé le président de la Commission européenne, fixer des quotas par pays-membres pour recevoir les demandeurs d’asile venus de tous les lieux où hommes, femmes et enfants sont martyrisés par des pouvoirs politiques barbares?

Plus précisément, puisque la Commission n’a pas utilisé le mot «quota», faut-il répartir ces demandeurs d’asile selon une clé de répartition mêlant PIB du pays, taux de chômage et nombre de demandeurs d’asile déjà accueillis? Ou faut-il en laisser la charge aux pays où ils arrivent?

Le nombre de réfugiés et de demandeurs d’asile aujourd’hui reçus en Europe est incertain; et ils sont accueillis ou refoulés selon des interprétations très différentes des conventions internationales obligeant les démocraties à leur ouvrir leurs portes. On sait seulement que quinze pays membres de l’Union acceptent d’en accueillir, dont six (Allemagne, Royaume-Uni, France, Suède, Italie, Belgique) en accueillent les quatre cinquièmes; tandis que les treize autres pays membres n’en accueillent aucun.

Devant le nouvel afflux de population, à la suite de la décomposition de l’Irak, de la Syrie, de la Libye et de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, et aux persécutions dont sont victimes journalistes, professeurs dans bien des pays du monde, on ne peut laisser la responsabilité de la réception des demandeurs d’asile et des réfugiés politiques aux seuls pays par lesquels ils entrent dans l’Union, c’est-à-dire aujourd’hui à l’Italie et à la Grèce, pour l’essentiel. Il faut répartir autrement cette responsabilité, qui n’est pas une charge, et peut devenir une chance.

Lire la suite de l'article sur Slate.fr

Jacques Attali

Jacques Attali est un des fondateurs de Slate.fr. Economiste, écrivain, éditorialiste à l'Express, Président de Planet Finance. Il est l'auteur de nombreux essais et romans dont récemment La Crise et après?

Ses derniers articles: Oui à des quotas de migrants  Pour ou contre «Kony 2012»?  Aider la Tunisie 

Afrique

AFP

La crise du Golfe menace les efforts de paix en Afrique de l'Est (UE)

La crise du Golfe menace les efforts de paix en Afrique de l'Est (UE)

AFP

En Afrique du Sud, mariage astronomique inédit pour mieux scruter l'univers

En Afrique du Sud, mariage astronomique inédit pour mieux scruter l'univers

AFP

Afrique du Sud: coup de balai

Afrique du Sud: coup de balai

Europe

AFP

Côte d'Ivoire: festival de musique contre l'immigration en Europe

Côte d'Ivoire: festival de musique contre l'immigration en Europe

AFP

Esclavage en Libye: le sommet Europe Afrique prend des mesures d'urgence

Esclavage en Libye: le sommet Europe Afrique prend des mesures d'urgence

AFP

CAN-2017: Aubameyang, Mahrez, Salah, Aurier, les absences vont peser en Europe

CAN-2017: Aubameyang, Mahrez, Salah, Aurier, les absences vont peser en Europe

migrants

AFP

Une ONG réclame le droit de sauver les migrants en mer

Une ONG réclame le droit de sauver les migrants en mer

AFP

Gambie: l'ex-président Jammeh mis en cause  dans le meurtre de dizaines de migrants

Gambie: l'ex-président Jammeh mis en cause dans le meurtre de dizaines de migrants

AFP

Méditerranée: 73 migrants secourus par l'Aquarius

Méditerranée: 73 migrants secourus par l'Aquarius