mis à jour le

REUTERS/Jose Cabezas
REUTERS/Jose Cabezas

Le Maroc veut élargir la possibilité d'avortement mais pas l'autoriser

L'avortement est illégal au Maroc sauf si la vie de la femme est en danger. Le roi a demandé à son gouvernement de réfléchir à un assouplissement des cas d'exception.

Chaque jour au Maroc des centaines de femmes mettent leur vie en danger en se faisant avorter de manière illégale. D'autres donnent naissance en secret pour jeter leur nouveau-né dans des poubelles ou l'enterrer dans la forêt, confie le docteur Chafik Chraibi à l'agence de presse Reuters. Dans le royaume de Mohammed VI, avoir des relations sexuelles hors-mariage est illégal et accoucher d'un enfant sans être marié est si stigmatisé que cela pousse de nombreuses jeunes filles au suicide.

Au moins 600 jeunes filles et femmes ont recours à des avortements illégaux chaque jour au Maroc, ajoute le docteur Chafik Chraibi. "Cette situation n'est pas acceptable, nous ne pouvons pas l'autoriser", ajoute t-il. 

L'avortement est illégal au Maroc, excepté pour les femmes dont la vie est en danger à cause de la grossesse. Mais en mars, le roi Mohammed VI a demandé au ministre de la Justice et au Conseil national des droits de l'homme de réfléchir à un assouplissement de l'interdiction. Mi-mai, Mohammed VI avait également annoncé avec plus de précision que l'avortement devrait être autorisé en cas de viol, inceste, malformation du foetus ou danger pour la santé mentale de la femme. Le roi pense que cela entraînera des bénéfices sociaux et économiques pour le pays.

Ces annonces ont déjà provoqué la colère de conservateurs qui s'opposent à tout assouplissement de la législation, mais aussi de militants pour les droits des femmes qui exigent une levée complète de l'interdiction de l'avortement. "Nous sommes extrêmement frustrés et très déçus", souligne Samira Bikarden, la présidente de l'Association démocratique des femmes du Maroc. "La lutte continue". 

Au Maroc, une femme qui avorte illégalement risque deux ans de prison, et les médecins qui pratiquent l'avortement illégal peuvent passer jusqu'à cinq ans derrière les barreaux, voire même 20 ans si leur patiente décède suite à l'opération.

À l'exception de la Tunisie, l'avortement est illégal dans toute l'Afrique du Nord. L'Organisation mondiale de la santé estime qu'environ 900.000 avortements illégaux sont réalisés chaque année dans la région.

Lu sur Reuters

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

avortement

Sexe

Le Maroc secoué par des controverses en série sur les moeurs

Le Maroc secoué par des controverses en série sur les moeurs

Actualités

Avortement d’une tentative d’immigration clandestine

Avortement d’une tentative d’immigration clandestine

Actualités

Avortement d’une tentative d’immigration clandestine

Avortement d’une tentative d’immigration clandestine

droits des femmes

Droits des femmes

L'été, la triste saison des mutilations génitales des jeunes filles en Egypte

L'été, la triste saison des mutilations génitales des jeunes filles en Egypte

Droits des femmes

On en veut davantage

On en veut davantage

Abus

L'enfer des petites bonnes marocaines

L'enfer des petites bonnes marocaines

Maroc

Géopolitique

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

AFP

Ethiopie et Maroc signent un important projet de production d'engrais

Ethiopie et Maroc signent un important projet de production d'engrais

AFP

Sommet africain: le Maroc se place un peu plus sur le continent

Sommet africain: le Maroc se place un peu plus sur le continent