mis à jour le

Des policiers chargent des manifestants à Rabat, le 1er avril 2015. REUTERS/Youssef Boudlal
Des policiers chargent des manifestants à Rabat, le 1er avril 2015. REUTERS/Youssef Boudlal

Des témoignages accablants de manifestants marocains victimes de torture

Amnesty International a rassemblé dans un rapport de nombreux témoignages de marocains victimes de violences des forces de police lors des manifestations de 2011.

La pile de témoignages rassemblés par l'ONG Amnesty International sur la torture au Maroc fait froid dans le dos. Dans un rapport intitulé L’Ombre de l’impunité. La torture au Maroc et au Sahara occidental, Amnesty révèle une réalité plus sombre que l’image d’ouverture présentée par les dirigeants marocains lorsqu’ils ont réagi aux soulèvements populaires de 2011 dans la région en promettant d’adopter tout un ensemble de mesures progressistes et une nouvelle constitution prohibant la torture.

Voici des extraits de témoignages de manifestants marocains victimes de torture.

«Certains étaient armés de longs bâtons. Ils m’ont roué de coups sur tout le corps, de la tête aux pieds. Puis un policier en civil a serré des menottes dans sa main et m’a frappé entre les yeux. Je suis tombé, assommé. Ensuite, les autres sont arrivés et ont écrasé du pied ma vessie jusqu’à ce que j’urine. Ils m’ont frappé jusqu’à ce que je perde connaissance, puis m’ont jeté devant le campus à titre d’avertissement aux autres étudiants. Les étudiants pensaient que j’étais mort.»

«Des policiers antiémeutes sont arrivés derrière moi et m’ont fait trébucher. Je suis tombée et ils ont déchiré mon foulard et m’ont frappée. Puis ils m’ont traînée par les jambes, face contre terre, jusqu’à leur camionnette. Dedans, une dizaine d’autres attendaient. C’est à ce moment-là qu’ils m’ont frappée le plus fort.»

«Au poste de police, ils m'ont mis dans une cellule dont la porte était ouverte. Des policiers n'arrêtaient pas d'entrer et de sortir. Ils menaçaient de me violer, et ont essayé d'enlever mes vêtements. L'un d'entre-eux m'a dit: "si je te vois encore à l'université je te violerai". À chaque fois qu'un nouveau policier venait, j'espérais un peu de compassion, mais il m'insultait et me menaçait de viol pendant que les autres riaient.»

Amnesty International a également produit un court-métrage vidéo pour dénoncer ces pratiques. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les citoyens africains ont davantage confiance en leurs leaders religieux qu'en la justice  Au Mali, l'Assemblée nationale privée d'électricité pour impayés  En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays 

Amnesty International

Accusations

Des images de charniers potentiels au Burundi accusent le régime de Nkurunziza

Des images de charniers potentiels au Burundi accusent le régime de Nkurunziza

Nigeria

Plus de 200 femmes ex-otages de Boko Haram sont enceintes

Plus de 200 femmes ex-otages de Boko Haram sont enceintes

Tribune

Centrafrique: la solution incontournable des Casques bleus

Centrafrique: la solution incontournable des Casques bleus

Maroc

AFP

Le salon Livre Paris

Le salon Livre Paris

AFP

Le Maroc accueillera une "ville industrielle" chinoise

Le Maroc accueillera une "ville industrielle" chinoise

AFP

Un nouveau Premier ministre au Maroc après cinq mois de blocage

Un nouveau Premier ministre au Maroc après cinq mois de blocage

torture

AFP

La torture davantage acceptée en France depuis les attentats

La torture davantage acceptée en France depuis les attentats

AFP

La Tunisie "sur la bonne voie" dans la lutte contre la torture selon l'ONU

La Tunisie "sur la bonne voie" dans la lutte contre la torture selon l'ONU

AFP

Sous Habré, la faim tuait plus que la torture dans les prisons tchadiennes

Sous Habré, la faim tuait plus que la torture dans les prisons tchadiennes