mis à jour le

Nigeria: abandon des poursuites contre une adolescente accusée d'avoir tué son mari

Le parquet nigérian a abandonné mercredi les poursuites contre une adolescente de 15 ans accusée d'avoir empoisonné son mari de plus de vingt ans son aîné avec de la mort aux rats.

Originaire d'une famille musulmane pauvre, Wasila Tasi'u était poursuivie pour homicide volontaire pour le meurtre de son mari, Umar Sani, 35 ans, deux semaines après leur mariage en avril 2014. 

L'accusation avait requis la peine de mort contre Wasila Tasi'u en mars, au dernier jour d'un procès qui a duré plusieurs mois. La défense, elle, avait plaidé l'acquittement.

Le procureur Lamido Abba Soron-Dinki a demandé mercredi à la Haute Cour de Gezawa, en périphérie de Kano (nord du Nigeria) de "classer l'affaire d'homicide volontaire contre Wasila Tasi'u". 

"C'est le coeur gros que je requiers l'abandon des poursuites contre l'accusée", a-t-il ajouté.

Le juge Mohammed Yahaya a déclaré à la Cour avoir besoin d'une déclaration orale ou écrite du bureau du procureur général de Kano avant de pouvoir abandonner les poursuites de façon formelle et d'autoriser la relaxe de Wasila. Cette déclaration doit être présentée le 9 juin, a-t-il poursuivi.

Selon des sources judiciaires à Kano, les autorités nigérianes ont subi des pressions importantes pour classer cette affaire qui a suscité des critiques de nombreuses organisations de défense des droits de l'Homme.

M. Soron-Dinki a déclaré à l'AFP que l'émir de Kano, Mohammed Sanusi II, une des autorités les plus importantes du monde musulman au Nigeria, avait offert "d'héberger" Wasila après sa libération.

L'émir, connu sous le nom de Sanusi Lamido Sanusi, avait la réputation d'être très progressiste quand il occupait le poste de gouverneur de la Banque centrale nigériane. 

On ignore, pour l'instant, si l'émir a joué un quelconque rôle dans l'abandon des charges contre la jeune fille.

De nombreux défenseurs des droits de l'Homme ont demandé la libération immédiate de Wasila, mettant en avant le fait que les rapports sexuels qu'elle a eus avec son mari peuvent être considérés comme des viols, une adolescente de 14 ans ne pouvant être consentante.

Mais dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman, les mariages d'adolescentes avec des hommes beaucoup plus âgés sont très répandus, en particulier dans les zones rurales pauvres. 

AFP

Ses derniers articles: RDC : la police accuse des rebelles d'avoir massacré 39 agents  Amical: la Côte d'Ivoire tenue en échec par le Sénégal avant l'arrivée de Wilmots  Député assassiné au Maroc: "sexe, argent et désir de vengeance", selon le procureur 

abandon

AFP

Zambie: abandon des poursuites contre le procureur général du pays

Zambie: abandon des poursuites contre le procureur général du pays

AFP

Niger: abandon des poursuites dans l'affaire du trafic de bébés

Niger: abandon des poursuites dans l'affaire du trafic de bébés

AFP

CPI: abandon des poursuites contre le président kényan Kenyatta

CPI: abandon des poursuites contre le président kényan Kenyatta