mis à jour le

Burkina : la veuve de Thomas Sankara entendue par la justice

La veuve de l'ex-président Thomas Sankara était entendue lundi pour la première fois par la justice burkinabè, qui 27 ans après les faits a démarré une enquête sur son assassinat lors d'un putsch en 1987, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Vêtue d'un "faso dan fani" bleu foncé et blanc, un pagne typique du Burkina dont le port était encouragé sous le régime de son mari, Mariam Sankara, visiblement détendue, est arrivé à 9H00 (locales et GMT) au palais de justice militaire, a constaté l'AFP.

Entourée de deux avocats, dont Me Bénéwendé Sankara (aucun lien de parenté, NDLR), qui a été désigné dimanche candidat des "sankaristes" pour la présidentielle d'octobre, elle s'est engouffrée dans la palais de justice militaire sans faire de commentaire aux journalistes présents.

"Mariam Sankara est actuellement entendue par un juge d'instruction", a indiqué en début d'après-midi une source judiciaire à l'AFP.

La justice burkinabè a démarré fin mars une enquête sur la mort de Thomas Sankara, tué le 15 octobre 1987 lors d'un coup d'Etat qui porta Blaise Compaoré au pouvoir.

Plusieurs auditions ont déjà eu lieu dans le cadre de cette affaire ces six dernières semaines, a-t-on appris de source judiciaire.

Le régime de M. Compaoré, renversé fin octobre par une insurrection populaire, avait toujours refusé l'ouverture d'une enquête sur les circonstances de cet assassinat.

Mariam Sankara, qui avec ses deux enfants a quitté le Burkina Faso pour le Gabon puis la France après la mort de son mari, est rentrée jeudi à Ouagadougou pour la deuxième fois en 27 ans.

Des milliers de personnes ont accueilli dans la liesse celle dont la précédente venue dans son pays datait de 2007, à l'occasion de la commémoration du vingtième anniversaire de la mort de Thomas Sankara.

La figure de Thomas Sankara, révolutionnaire loué pour son intégrité et icône du panafricanisme, a été abondamment revendiquée durant le soulèvement populaire qui a conduit à la chute du président Compaoré le 31 octobre dernier.

AFP

Ses derniers articles: Bousculade meurtrière au Maroc: les familles enterrent les victimes  Guinée: un mort lors de manifestations d'élèves contre la situation dans l'éducation  Niger: saisie de 13 tonnes de médicaments contrefaits en provenance d'Inde 

Burkina

AFP

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

AFP

Burkina : démission du ministre de la Culture "déçu"

Burkina : démission du ministre de la Culture "déçu"

AFP

Le Burkina commémore les 30 ans de l'assassinat de Thomas Sankara

Le Burkina commémore les 30 ans de l'assassinat de Thomas Sankara

justice

AFP

Afrique du Sud: le sort d'Oscar Pistorius de nouveau devant la justice

Afrique du Sud: le sort d'Oscar Pistorius de nouveau devant la justice

AFP

Burkina: la justice veut entendre l’ex-Premier ministre Isaac Zida

Burkina: la justice veut entendre l’ex-Premier ministre Isaac Zida

AFP

Maroc: le meneur de la contestation du Hirak devant la justice

Maroc: le meneur de la contestation du Hirak devant la justice

Sankara

AFP

Pistolets, football et "dégagés": un ex ministre se souvient de Sankara

Pistolets, football et "dégagés": un ex ministre se souvient de Sankara

AFP

Le Burkina commémore les 30 ans de l'assassinat de Thomas Sankara

Le Burkina commémore les 30 ans de l'assassinat de Thomas Sankara

AFP

Burkina: collecte de fonds pour ériger un mémorial Thomas Sankara

Burkina: collecte de fonds pour ériger un mémorial Thomas Sankara