mis à jour le

Nigeria: l'armée repousse une attaque de Boko Haram

Le groupe islamiste Boko Haram a lancé mercredi soir une attaque dans un quartier excentré de Maiduguri, la plus grande ville du nord-est du Nigeria, qui a été repoussée par les militaires, ont rapporté l'armée et des témoins.

Des dizaines d'islamistes munis d'armes à feu et de lance-roquettes ont attaqué Kayamla, un quartier situé au nord de Maiduguri, tirant et lançant des explosifs dans tous les sens, vers 18h30 (17h30 GMT), selon des habitants.

L'armée a quant à elle déclaré dans un communiqué avoir combattu "une bande de terroristes qui avaient déclenché (les explosifs) de deux femmes kamikazes avant leur attaque" contre le quartier de Kayamla, sans donner plus de détails.

Selon les témoins, l'armée a pu maîtriser les islamistes au terme de quarante minutes de combat. On ignore pour l'instant le bilan de cette attaque et des combats qui ont suivi.

Les assaillants "sont arrivés dans le quartier de Kayamla vers 18h30, au moment où les habitants se préparaient pour les prières du soir, tirant dans tous les sens et lançant des bombes", a déclaré à l'AFP Ibrahim Sidi, un habitant de la résidence 303, proche de la scène de l'attaque.

"Des soldats de la base de Giwa ont été déployés et ils les ont interceptés juste à la sortie de la ville, et ils ont engagé une bataille qui a duré plus de 40 minutes", a-t-il ajouté.

Hajara Musa faisait partie des centaines d'habitants du quartier voisin de Fori ayant pris la fuite pour trouver refuge dans le campus de l'université, non loin.

"Les balles volaient dans tous les sens, nous avons été obligés de nous tapir au sol", a-t-il décrit.

Selon Bilkisu Ahmad, un étudiant à l'Université de Maiduguri, les services de sécurité du campus leur ont demandé de s'allonger à même le sol pour éviter les balles et les roquettes.

"On pouvait voir des balles rouges voler partout dans le noir et on entendait leur sifflement en retombant, c'était très effrayant", a-t-il rapporté.

"Certains d'entre nous avons pu rentrer chez nous après que les soldats ont maîtrisé l'attaque, mais de nombreux (habitants) sont toujours en fuite dans la ville", a déclaré M. Musa.

L'armée nigériane mène en ce moment une vaste opération de destruction des camps de Boko Haram dans l'immense forêt de Sambisa, dans la même région, un des grands fiefs du groupe islamiste. 

Cette attaque de "diversion" sur Maiduguri a été menée "dans l'intention de ralentir l'assaut en cours sur la forêt de Sambisa", analyse le communiqué de l'armée.

"On pense qu'elle a été menée par ceux qui fuient les camps terroristes" détruits, ajoute le texte.

Il s'agit d'une des premières attaques contre Maiduguri depuis le début de l'offensive militaire régionale lancée en février avec l'aide des pays voisins, qui a considérablement affaibli le groupe islamiste, selon les experts.

AFP

Ses derniers articles: Esclavage en Libye: les migrants "moins bien traités que des animaux"  Crise au Zimbabwe: les présidents sud-africain et angolais  En Centrafrique, l'ombre toujours tutélaire du Tchad 

attaque

AFP

Attaque contre des militaires au Niger: des informations contredisent la version officielle

Attaque contre des militaires au Niger: des informations contredisent la version officielle

AFP

Attaque contre l'armée au Nigeria: le bilan s'alourdit

Attaque contre l'armée au Nigeria: le bilan s'alourdit

AFP

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

haram

AFP

Niger: un directeur d'école égorgé par Boko Haram

Niger: un directeur d'école égorgé par Boko Haram

AFP

Nigeria: huit soldats tués par Boko Haram dans le nord-est

Nigeria: huit soldats tués par Boko Haram dans le nord-est

AFP

La culture du poivron de nouveau autorisée au Niger malgré Boko Haram

La culture du poivron de nouveau autorisée au Niger malgré Boko Haram

l'armée

AFP

Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel

Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel

AFP

Génocide au Rwanda: les rescapés de Bisesero redoutent un non-lieu pour l'armée française

Génocide au Rwanda: les rescapés de Bisesero redoutent un non-lieu pour l'armée française

AFP

Au Malawi, l'armée britannique en renfort de la lutte contre le braconnage

Au Malawi, l'armée britannique en renfort de la lutte contre le braconnage