mis à jour le

Des militaires saluent des manifestants à Bujumbara mercredi 13 mai. REUTERS/Goran Tomasevic
Des militaires saluent des manifestants à Bujumbara mercredi 13 mai. REUTERS/Goran Tomasevic

Au Burundi l'annonce d'un coup d'Etat est-elle crédible ?

Situation de flottement à Bujumbara où l'ancien chef du service des renseignements a annoncé la destitution du président mercredi 13 mai sur une radio locale.

Le community manager de la présidence du Burundi a sûrement eu beaucoup de travail mercredi 13 mai. Après deux semaines de manifestations souvent violentes contre la décision du président Pierre Nkurunziza de se présenter pour un troisième mandat présidentiel lors du prochain scrutin du mois de juin, l'ancien chef du service des renseignements, le général Godefroid Nyombare, a annoncé la destitution du chef de l'Etat mercredi 13 mai sur une radio locale.

Une information aussitôt démentie sur le réseau social Twitter par le compte officiel de la présidence. 

Une communication de crise extrême à un moment où plus grand-monde ne savait si la tentative de putsch avait fonctionné à Bujumbara, la capitale. Le chef de l'Etat, le président Pierre Nkurunziza se trouvait lui-même à Dar es-Salaam, en Tanzanie, à un sommet extraordinaire de chefs d'Etat d'Afrique de l'Est pour tenter de trouver une solution à la crise qui secoue ce petit pays d'Afrique de l'Est depuis le 26 avril. L'un de ses conseillers a annoncé que le président serait de retour dès ce mercredi soir à Bujumbara, mais l'aéroport a été fermé par les militaires putschistes.

Sur place, l'envoyé spécial du journal Le Monde a indiqué qu'il était de nouveau possible d'utiliser l'application de messagerie web Whatsapp après plusieurs jours de coupure par le gouvernement. "Peut-être signe que ça bascule", a t-il écrit dans un tweet.

Autre fait important, la radio indépendante la plus écoutée au Burundi, la Radio publique africaine (RPA), émet à nouveau dans le pays et diffuse le message du général putschiste. La correspondante de la radio RFI dans la capitale burundaise a elle indiqué que des coups de feu avaient été entendu autour du bâtiment de la radio nationale.

De nombreux témoins présents sur place ont également indiqué avoir observé des manifestants défilé sur des tanks de l'armée dans le centre-ville de Bujumbara. Signe que l'armée ne livre pas de combat avec les putschistes.

Sur son compte Twitter, la BBC a posté quelques photos de scènes de joies dans les rues de la capitale. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Burundi

AFP

RDC: reprise des combats

RDC: reprise des combats

AFP

RDC: 34 réfugiés burundais tués, le Burundi demande des comptes

RDC: 34 réfugiés burundais tués, le Burundi demande des comptes

AFP

Le Burundi s'enfonce dans la violence et la dictature, avertit la FIDH

Le Burundi s'enfonce dans la violence et la dictature, avertit la FIDH

coup d'Etat

coup d'État

Le putsch manqué en Turquie a aussi des conséquences en Afrique

Le putsch manqué en Turquie a aussi des conséquences en Afrique

Coup d'Etat

Quand le Président du Burkina Faso se réfugie à l'ambassade française, symbole du passé colonial

Quand le Président du Burkina Faso se réfugie à l'ambassade française, symbole du passé colonial

Coup d'Etat

Au Burkina Faso, les opposants au projet de sortie de crise sont nombreux

Au Burkina Faso, les opposants au projet de sortie de crise sont nombreux

Pierre Nkurunziza

Politique

Comment la dérive autocratique du Burundi est influencée par le Rwanda

Comment la dérive autocratique du Burundi est influencée par le Rwanda

FIFA

Quand Sepp Blatter était envoyé au Burundi pour convaincre Nkurunziza de se retirer

Quand Sepp Blatter était envoyé au Burundi pour convaincre Nkurunziza de se retirer

Politique

Comment le pouvoir burundais tente de s'auto-convaincre de sa légitimité

Comment le pouvoir burundais tente de s'auto-convaincre de sa légitimité