SlateAfrique

mis à jour le

Le président mozambicain danse sur Facebook

L’image fait le bonheur des internautes depuis le 20 octobre 2011. Le président du Mozambique, Armando Guebuza en train d’exécuter des pas de danse lors d’une cérémonie à laquelle il participe avec son épouse. La photo, comme le rapporte Global Voices, a été prise par un reporter du journal @Verdade a ensuite été diffusée sur le compte facebook de ce magazine mozambicain.

L’image depuis, lors a reçu près de 700 «like» et a été commentée par près de 600 personnes. Des commentaires aussi divers que variés. Les uns en profitent pour se moquer d’Armando Guebuza, qui n’a pas très bonne presse dans le pays. Elu en 2004 à la tête du pays avec 64% des voix. Un scrutin contesté par ses rivaux de l’opposition. Lesquels ont réitéré les critiques pour fraudes et autres irrégularités lorsque Guebuza a été réélu en 2009 par près de 75% des voix.

D’autres encore, apprécient les talents de danseur de dzukuta, une danse traditionnelle mozambicaine, de leur président. Parmi les commentaires suscités par cette photo, l’on peut aussi noter ceux qui sont admiratifs de la décontraction du président Guebuza qui sait se départir des contraintes du protocole. En effet, si cette photo fait un tel tabac, c’est que les Mozambicains n’ont jamais eu l’occasion de voir le président Guebuza sous de telles coutures. Tant il a souvent véhiculé une image de lui plutôt austère.

«Cela montre qu’il est avant tout un être humain», fait savoir un internaute. Alors qu’un autre, plus critique, ajoute: «Même danser le dzukuta, il en est incapable.»

En tout cas, cette image volée par le photoreporter, Michel Mangueze, est un beau coup de pub pour le journal @Verdade. Ce magazine gratuit a été fondé en 2008 et se positionne comme un pionnier du journalisme de développement. @Verdade vise à redonner le goût de la lecture au public, mais surtout des clés pour  qu’il devienne un véritable acteur de développement. 70% des 23 millions de Mozambicains vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Lu sur Global Voices