mis à jour le

RDCongo: sept personnes assassinées en périphérie de Beni

Sept personnes ont été assassinées dans le territoire de Beni, une région de l'est de la République démocratique du Congo où une série de massacres a fait plus de 300 morts depuis octobre 2014, ont rapporté un journaliste de l'AFP et les autorités locales.

Le photographe de l'AFP a vu le corps de deux femmes et cinq hommes amenés à la morgue de Beni, qui se trouve à une dizaine de kilomètres du lieu reculé où les victimes ont été assassinées. Selon lui, les victimes présentaient des blessures à l'arme blanche à la tête ou au ventre.

"Les services (de l'Etat) viennent de le confirmer: il y a six corps qui ont été retrouvés samedi à Matembo, vers l'aéroport de Mavivi, à 12 km du centre-ville de Beni. Les investigations sont en cours", avait déclaré un peu plus tôt à l'AFP Julien Paluku, gouverneur de la province troublée du Nord-Kivu.

En fin de matinée, il a expliqué que, finalement, ce sont "sept corps" qui ont été retrouvés et que les victimes ont été "tuées à la machette et à la hache".

"Jusque-là on ne sait pas" si elles "ont été tuées par les ADF", les rebelles musulmans ougandais des Forces démocratiques alliées, accusés d'avoir, dans une série de massacres, tué plus de 300 personnes, surtout au Nord-Kivu, avait souligné le gouverneur.

Avant samedi, le dernier massacre signalé remontait au 24 avril, où cinq personnes ont été tuées.

La tuerie découverte samedi s'est déroulée non loin d'une base de l'armée congolaise et de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) - chargée de la protection des civils et de lutter contre les dizaines de groupes armés locaux et étrangers qui sévissent, parfois depuis vingt ans, dans l'est du Congo.

Les récents assassinats ne "démontrent pas une impuissance de la Monusco ou des FARDC", l'armée congolaise, a insisté M. Paluku. "Nous avons affaire à des actes terroristes: ils viennent dans un petit village isolé, ils tuent, ils repartent. C'est ça leur mode opératoire", a-t-il précisé.

Teddy Kataliko, président de la Société civile de Beni, déplore pour sa part "l'inefficacité des services de sécurité et de renseignement". "Avant l'attaque, (...) la population a annoncé que des hommes armés circulaient autour du lieu où il y a eu carnage", a-t-il affirmé à l'AFP.

Les habitants, a-t-il précisé, avaient signalé la présence d'hommes armés habillés en "treillis militaires n'appartenant pas à l'armée", mais l'alerte n'a "pas été prise au sérieux".

D'après les propos rapportés d'un garçon rescapé de sept ans, qui a perdu sa famille dans l'attaque, les assaillants parlaient swahili et lingala, langues les plus parlées en RDC. Ils ont par ailleurs emporté des chèvres et des animaux de basse-cour, comme s'ils venaient "se ravitailler", a indiqué M. Kataliko.

Ces assassinats se sont produits alors que la sécurité se dégrade au Nord-Kivu. Mardi, deux Casques bleus et deux civils ont été tués dans une embuscade tendue par de présumés ADF. Lundi, un hélicoptère de l'ONU a essuyé des tirs d'éléments non identifiés, forçant l'appareil à atterrir d'urgence.

Les rebelles de l'ADF sont présents depuis 1995 dans une région montagneuse du territoire de Beni, où ils sont accusés de commettre de graves exactions contre les civils (meurtres, enrôlements d'enfants, pillages...) et de se livrer à un trafic de bois très lucratif.

L'armée congolaise a affirmé que, dans la nuit du 24 au 25 avril, ses hommes avaient abattu Kasada Karume, numéro trois des ADF.

En avril, le chef de cette rébellion, Jamil Mukulu, a été arrêté en Tanzanie. L'Ouganda, qui le recherche pour une série de crimes incluant des actes "terroristes" et des meurtres, a demandé son extradition, a annoncé mercredi la police ougandaise.

AFP

Ses derniers articles: RDC: l'ONU s'attend  L'Ougandais Ongwen, l'enfant-soldat devenu chef sanguinaire  CPI: Dominic Ongwen, ex-chef de la LRA, plaide non coupable 

Beni

AFP

RDC: début du procès des auteurs présumés de massacres

RDC: début du procès des auteurs présumés de massacres

AFP

RDC: couvre-feu

RDC: couvre-feu

AFP

RD Congo: un mort par balle dans la répression d'une manifestation

RD Congo: un mort par balle dans la répression d'une manifestation