SlateAfrique

mis à jour le

Les pauvres, interdits d'alcool au Cameroun

Au Cameroun, pays d’Afrique centrale située sur la côte atlantique, les populations démunies avaient trouvé depuis longtemps une astuce pour consommer de l’alcool, de la même façon que les plus aisés. Ces derniers peuvent s’acheter de vraies bouteilles de vin ou de whisky généralement importées. Les «pauvres», eux, s'étaient rabattus sur de l’alcool en sachet.

Il s’agit de liqueurs contenues dans des sachets plastiques et vendus en bordure de rue ou dans des débits de boissons. De l’avis des autorités sanitaires, ils peuvent provoquer des maladies graves. Seulement, comme l’indique le quotidien camerounais Le Jour, ces sachets plastiques seront interdits à la vente et donc à la consommation dès 2012. La décision vient d’être prise par le ministre des Finances, Essimi Menye.

Une vignette sera apposée sur toutes les boissons alcoolisées importées ou produites au Cameroun dès janvier 2012.

Aucun dédouanement ne sera fait sur les alcools tant qu’ils n’auront pas de vignettes. Il n’y aura pas de vignettes pour les emballages en type plastique», a indiqué le ministre camerounais des Finances.

Les emballages autorisés pour les alcools dans ce pays seront donc désormais les emballages en verre et en carton. Toujours selon le quotidien Le Jour, les autorités ont prévenu que tout alcool qui n’aura pas de vignette en 2012 sera saisi et détruit.

Or, tout le problème repose sur cette fameuse vignette qui coûte bien moins d’un centime d’euro. Mais dans le contexte local, il s’agit d’une somme importante si on la multiplie à la quantité de sachets d’alcool en circulation dans le pays. Payer la vignette équivaudrait à augmenter le prix du sachet qui coûte environ 200 F. CFA (moins de 0,50 euro). Ces boissons qui portent les noms de Kitoko, King Arthur, Lion d’or ou encore Fighter et qui sont très prisés par les Camerounais, vont-ils dans ces conditions, bientôt être vendus sous le manteau ?

Lu sur Le Jour

 

A lire aussi

Odontol, le whisky des pauvres au Cameroun