mis à jour le

Le camp de Dadaab | Giro555 via Flickr CC
Le camp de Dadaab | Giro555 via Flickr CC

Le Kenya ne va pas fermer le plus grand camp de réfugiés au monde

Le camp de Dabaab, où la plupart des réfugiés sont Somaliens, abrite plus de 350.000 personnes.

Après l’attaque de l’université de Garissa, durant laquelle les miliciens Al-Shebab avaient tué 148 personnes, le gouvernement kenyan avait annoncé vouloir fermer Dadaab, le plus grand camp de réfugiés au monde. Une annonce qui avait choqué la communauté internationale et les ONG travaillant sur le terrain aux côtés des réfugiés. 

Mais mercredi 6 mai, le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a indiqué que les menaces de fermeture du camp de Dabaab et de répatriation des réfugiés dans leur pays d'origine ne seraient pas mises à exécution par le gouvernement. Uhuru Kenyatta a fait cette déclaration après une rencontre avec António Guterres, le représentants des Nations unies du camp de Dabaab. Le président kényan avait aussi discuté du sujet avec le secrétaire d'Etat des Etats-Unis, John Kerry, en déplacement en Afrique de l'Est cette semaine, rapporte le New York Times.

Le vice-président du Kenya, William Ruto, avait déclaré récemment que les Nations unies avaient trois mois pour reloger les réfugiés du camp de Dabaab ou "nous devrons les reloger nous même ailleurs", avait-il déclaré. Des officiels kenyans avaient aussi affirmé dans les médias locaux que Dabaab était un lieu de recrutement et d'infiltration des Shabab somaliens.

"Le Kenya continue et continuera à remplir ses obligations internationales", a déclaré Uhuru Kenyatta, selon un communiqué publié par la présidence mercredi 6 mai. Après sa rencontre avec Uhuru Kenyatta, le haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés a affirmé que toute éventuelle réapatriation de migrants serait faite avec l'accord des réfugiés eux-mêmes et dans le cadre d'un accord entre les Etats-Unis, la Somalie et le Kenya. "La pire des choses qui pourrait se passer serait de renvoyer un grand nombre de gens si les conditions ne sont pas requises", a ajouté António Guterres.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

migrants

AFP

Italie: colère et incompréhension dans les "dépotoirs"

Italie: colère et incompréhension dans les "dépotoirs"

AFP

3.500 migrants secourus au large de la Libye ces derniers jours

3.500 migrants secourus au large de la Libye ces derniers jours

AFP

Algérie: un ministre veut des "mesures urgentes" face au flux de migrants

Algérie: un ministre veut des "mesures urgentes" face au flux de migrants

réfugiés

AFP

Niger: don américain de 45 millions de dollars aux réfugiés de Boko Haram

Niger: don américain de 45 millions de dollars aux réfugiés de Boko Haram

AFP

Le président tanzanien prie les réfugiés burundais de rentrer chez eux

Le président tanzanien prie les réfugiés burundais de rentrer chez eux

AFP

Quand AirBnB ouvre ses portes aux réfugiés

Quand AirBnB ouvre ses portes aux réfugiés

Somalie

AFP

Une rupture de câble prive la Somalie d'une précieuse liaison internet

Une rupture de câble prive la Somalie d'une précieuse liaison internet

AFP

Explosion d'un engin piégé au Kenya: 8 morts

Explosion d'un engin piégé au Kenya: 8 morts

AFP

Conférence sur la Somalie

Conférence sur la Somalie