mis à jour le

Burundi: manifestations interdites

Le gouvernement a interdit vendredi les manifestations sur tout le territoire burundais à partir de samedi, alors que la société civile a appelé à un grand défilé dimanche si le président sortant Pierre Nkurunziza était désigné candidat à la présidentielle de juin par son parti.

"Le gouvernement interdit toute manifestation pour quelque raison que ce soit sur l'ensemble du territoire du pays à partir de samedi, sauf les réunions politiques en rapport avec la campagne électorale", c'est-à-dire les meetings électoraux, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Edouard Nduwimana.

"Et pour que cela ne soit pas un prétexte pour tous ceux qui projettent d'organiser le soulèvement de la population, le gouvernement du Burundi a interdit également les manifestations du parti au pouvoir qui étaient organisées chaque samedi depuis deux semaines", a-t-il ajouté, lors d'une rencontre avec l'ensemble des partis politiques, la société civile et les confessions religieuses.

Le mot "soulèvement" est le qualificatif utilisé par le pouvoir pour désigner les manifestations dernièrement organisées par l'opposition et la société civile au Burundi afin de persuader le président Nkurunziza de renoncer à un troisième mandat.

Le parti présidentiel Cndd-FDD a convoqué samedi matin un congrès extraordinaire pour désigner son candidat à la présidentielle. Officiellement, les candidatures sont ouvertes, mais de l'aveu d'un haut cadre du parti les jeux sont faits: Pierre Nkurunziza, à la tête de l'Etat depuis 2005 et qui n'a jamais caché son intention de briguer un troisième mandat, sera investi.

La société civile et l'opposition, déterminées à faire barrage à ce troisième mandat qu'elles jugent inconstitutionnel et contraire aux accords d'Arusha qui avaient ouvert la voie à la fin de la longue guerre civile burundaise (1993-2006), ont déjà prédit des manifestations monstres à partir de dimanche.

La candidature annoncée de Pierre Nkurunziza fait craindre des violences au Burundi, petit pays d'Afrique des Grands Lacs à l'histoire post-coloniale marquée par les massacres et conflits interethniques.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: la famine menace alors que l'argent des humanitaires s'épuise  Maroc: les critiques se multiplient contre la "répression" dans le nord  Coupe des Confédérations: Achille le chat remplace Paul le Poulpe 

congrès

Politique

Burkina: un congrès tendu pour le parti au pouvoir

Burkina: un congrès tendu pour le parti au pouvoir

AFP

Tunisie: le syndicat UGTT en congrès pour renouveler sa direction

Tunisie: le syndicat UGTT en congrès pour renouveler sa direction

AFP

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

manifestations

AFP

Maroc: arrestations et poursuite des manifestations

Maroc: arrestations et poursuite des manifestations

AFP

Maroc: quelques heurts lors des manifestations

Maroc: quelques heurts lors des manifestations

AFP

Afrique du Sud: nouvelles manifestations anti-Zuma

Afrique du Sud: nouvelles manifestations anti-Zuma

tension

AFP

La tension persiste sur le campus de Lomé malgré la libération d'étudiants

La tension persiste sur le campus de Lomé malgré la libération d'étudiants

AFP

L'Union africaine inquiète du regain de tension entre Djibouti et l'Erythrée

L'Union africaine inquiète du regain de tension entre Djibouti et l'Erythrée

AFP

Bongo lance son "dialogue politique" sans Ping dans un Gabon sous tension

Bongo lance son "dialogue politique" sans Ping dans un Gabon sous tension