mis à jour le

Egypte: deux enfants tués par des tirs de mortier dans le Sinaï

Deux enfants de cinq ans ont été tués lundi dans le Sinäi en Egypte par des tirs de mortier, selon des sources officielles, quelques heures après la mort de trois militaires dans un nouvel attentat revendiqué par la branche locale de l'organisation Etat Islamique (EI) dans cette zone.

Les tirs de mortiers ont touché une zone résidentielle au sud de la ville de Sheikh Zuweid dans la province Nord-Sinaï lundi soir tuant deux garçons de cinq ans, ont indiqué les services médicaux locaux.

Plus tôt dans la journée une bombe a explosé au passage du véhicule d'un groupe de militaires en tuant trois d'entre eux, dont un officier, à Rafah, près du point de passage menant au territoire palestinien de la bande de Gaza.

Le Sinaï est le bastion du groupe Ansar Beït al-Maqdess, qui s'est rebaptisé récemment "Province du Sinaï" pour marquer son allégeance à l'"émirat" auto-proclamé par l'EI sur une partie de l'Irak et de la Syrie.

"Un officier et deux soldats ont péri, un a été blessé, quand leur véhicule blindé a sauté sur un engin explosif dans la zone de Tawil al-Amir" dans la partie égyptienne de la ville de Rafah, a annoncé à l'AFP un responsable des services de sécurité qui a requis l'anonymat. Le bilan a été confirmé par un responsable des services médicaux de la province du Nord-Sinaï.

"Nous avons fait exploser un véhicule blindé de l'armée des apostats et tous ses occupants ont été tués", lit-on sur le compte Twitter de Province du Sinaï.

L'armée mène une vaste offensive dans le Sinaï contre les groupes jihadistes mais elle essuie, comme la police, de nombreux attentats meurtriers depuis que les militaires ont destitué et arrêté en juillet 2013 le président islamiste élu Mohamed Morsi et répriment dans le sang les manifestations de ses partisans.

Selon les autorités, plus de 500 policiers et soldats ont été tués dans ces attaques, essentiellement dans le Nord-Sinaï, depuis 2013. Certaines ont également visé policiers et soldats au Caire.

Dans le même temps, les forces de l'ordre ont tué plus de 1.400 manifestants pro-Morsi et emprisonné plus de 15.000 partisans de l'ex-président. Des centaines ont été condamnés à mort dans des procès de masse expédiés en quelques minutes et qualifiés par l'ONU de "sans précédent dans l'Histoire récente" du Monde.

La quasi-totalité des dirigeants des Frères musulmans, la confrérie de M. Morsi, sont emprisonnés et jugés dans divers procès dans lesquels ils ont été condamnés ou encourent la peine de mort. Mardi d'ailleurs, un verdict est attendu dans un des cinq procès intentés à M. Morsi lui-même. Il risque la peine capitale.

 

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice  Kinshasa: un journaliste relâché après six heures de détention  L'ancien avion A340 de Ben Ali vendu 

enfants

AFP

Golf: les enfants pauvres goûtent au "sport de riches" en Côte d'Ivoire

Golf: les enfants pauvres goûtent au "sport de riches" en Côte d'Ivoire

AFP

Nigéria: jusqu'

Nigéria: jusqu'

AFP

Une écrivaine sud-africaine de 7 ans qui fait rêver les enfants

Une écrivaine sud-africaine de 7 ans qui fait rêver les enfants

Sinaï

AFP

Egypte: le tourisme reste meurtri un an après le crash du Sinaï

Egypte: le tourisme reste meurtri un an après le crash du Sinaï

AFP

Egypte: 12 soldats tués dans une attaque dans le Sinaï

Egypte: 12 soldats tués dans une attaque dans le Sinaï

AFP

Egypte: deux policiers tués dans un attentat

Egypte: deux policiers tués dans un attentat

tirs

AFP

RD Congo: gaz lacrymogènes et tirs de sommation contre une manifestation

RD Congo: gaz lacrymogènes et tirs de sommation contre une manifestation

AFP

Soudan du Sud: des tirs entendus dans la capitale Juba

Soudan du Sud: des tirs entendus dans la capitale Juba

AFP

Libye: tirs d'obus sur des manifestants, 5 morts et 11 blessés

Libye: tirs d'obus sur des manifestants, 5 morts et 11 blessés