mis à jour le

Immigration: l'UE n'a "plus d'alibi" après la nouvelle tragédie en Méditerranée

L'Union européenne a admis lundi qu'elle devait enfin prendre à bras le corps la question des migrants en Méditerranée, où un navire transportant plus de 300 personnes était en train de sombrer, au lendemain d'un autre naufrage qui fait craindre des centaines de morts.

"Nous n'avons plus d'alibi", a lancé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avant une réunion conjointe des ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur de l'UE. "Les tragédies de ces derniers jours, de ces derniers mois, de ces dernières années, c'en est trop", a-t-elle martelé.

La nouvelle du chavirement d'un chalutier dimanche au large de la Libye, avec potentiellement 950 personnes à bord selon un survivant, a choqué le monde entier.

Mais l'urgence est devenue encore plus évidente après que l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a annoncé à la mi-journée avoir reçu un appel à l'aide d'une personne affirmant que son navire, avec 300 personnes à bord, était en train de couler dans les eaux internationales.

Vingt passagers sont déjà morts et deux autres bateaux à proximité sont également en difficulté, a précisé ce passager à l'OIM, qui a contacté les garde-côtés italiens. Selon l'OIM, ceux-ci "n'ont pas les moyens de les secourir maintenant" car ils manquent de ressources en raison du naufrage d'un chalutier tôt dimanche au large de la Libye, probablement lorsque ses occupants se sont précipités du même côté en apercevant un cargo portugais venu porter secours.

Seuls 24 corps et 28 survivants ont pu être repêchés alors que le chalutier de 20 mètres était capable de "transporter plusieurs centaines de personnes", selon les garde-côtes italiens. Les dépouilles des victimes ont été débarquées lundi matin sur l'île de Malte. Les rescapés sont attendus plus tard dans la journée à Catane, en Sicile.

Selon le récit d'un survivant, le bateau de pêche transportait quelque 950 personnes, dont une cinquantaine d'enfants et 200 femmes. Un autre a évoqué 700 passagers. Ces chiffres n'ont pas été confirmés de source officielle.

La chancelière allemande Angela Merkel s'est dit "bouleversée", affirmant que l'Europe devait "trouver des réponses". Le pape François a appelé la communauté internationale à "agir avec décision et rapidité".

"On a besoin de mesures immédiates de la part de l'UE et des Etats membres", a assuré Mme Mogherini, citant le renforcement de l'opération européenne de surveillance maritime Triton, mais aussi une meilleure répartition de l'accueil des migrants au sein de l'Union, alors que l'Italie, la Grèce, Malte et l'Espagne portent la quasi-totalité du fardeau.

Les Européens sont très réticents à renforcer le secours en mer et à accueillir plus de gens, craignant que cela ne crée un appel d'air alors que le flot de migrants n'a jamais été aussi élevé. Selon le Haut commissariat aux réfugiés, 35.000 migrants sont arrivés par bateau dans le sud de l'Europe depuis le début de l'année, et 1.600 sont portés disparus.

 

- 'Pas de solution magique' -

"La réputation de l'Union européenne est en jeu", a jugé le chef de la diplomatie italienne, Paolo Gentiloni. A court terme, un renforcement de Triton se profile. "Il y a aujourd'hui 21 bateaux, quatre avions, un hélicoptère. Il faut des moyens beaucoup plus conséquents", a pour sa part souligné le ministre français, Harlem Désir.

L'UE veut renforcer la lutte contre les réseaux de trafiquants, "qui est une sorte d'esclavage du XXe siècle", selon M. Gentiloni.

Les Européens misent aussi sur la coopération avec les pays d'origine et de transit pour mieux réguler les flux. Ils pèsent de toute leur force sur les parlements libyens rivaux, qui négocient la formation d'un gouvernement d'union pour mettre fin au chaos dans le pays, où l'organisation Etat islamique (EI) s'est implantée.

La stabilité en Libye semble le seul moyen d'endiguer durablement les départs de migrants africains et de réfugiés syriens massés sur ses côtes, alors que les trafiquants profitent de la situation. L'UE promet un "soutien", mais reste vague sur les options envisagées.

Les négociations s'annoncent en revanche très difficiles sur l'accueil des migrants. Mme Mogherini a reconnu qu'il n'y avait "pas de solution facile, de solution magique", mais elle a en même temps appelé "tous les Etats membres" à la "responsabilité" pour mettre au point "une véritable politique migratoire".

Le commissaire européen en charge de la question, Dimitris Avramopoulos, doit présenter à la mi-mai une "stratégie" européenne.

Mais le chef du gouvernement italien Matteo Renzi veut porter le sujet au plus haut niveau politique, et réclame un sommet des 28 chefs d'Etat dès cette semaine.

AFP

Ses derniers articles: Gambie: une semaine après, le président Jammeh rejette les résultats  Côte d'Ivoire: Serge Aurier désigné meilleur footballeur de l'année  Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix 

Méditérranée

AFP

Migrants: Cinq morts en Méditerranée mais des milliers de sauvés

Migrants: Cinq morts en Méditerranée mais des milliers de sauvés

Pétrole

Question pétrole, la Méditerranée ne sait pas sur quel pied danser

Question pétrole, la Méditerranée ne sait pas sur quel pied danser

AFP

Le HCR redoute jusqu'

Le HCR redoute jusqu'

nouvelle

AFP

Au Zimbabwe, la nouvelle monnaie est accueillie avec scepticisme

Au Zimbabwe, la nouvelle monnaie est accueillie avec scepticisme

AFP

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie malgré les réticences

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie malgré les réticences

AFP

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias