mis à jour le

Afrique du Sud: renfort de policiers contre les casseurs xénophobes

La police sud-africaine a déployé des renforts samedi dans Johannesburg et arrêté une trentaine de personnes après une nouvelle nuit de violences  perpétrées par des groupes de casseurs et pilleurs.

Alors que la pression diplomatique s'accentue pour éviter le bain de sang de 2008 --il y avait eu 62 morts dans des violences du même genre--, les étrangers du continent travaillant dans le pays restent sur le qui-vive.

Le Forum de la diaspora africaine (ADF) a appelé le gouvernement à faire appel sans attendre à l'armée, alors que le township d'Alexandra, où s'entasse 400.000 personnes au coeur de Johannesburg, était à son tour pris pour cible vendredi soir.

Le gouvernement du président sud-africain Jacob Zuma "compte attendre jusqu'à combien d'immigrants tués pour utiliser l'armée comme en 2008?", a déclaré dans un communiqué le porte-parole de cette association, Jean-Pierre Lukamba, d'origine congolaise. En trois semaines, les violences ont fait au moins six morts (15, selon l'association) et plusieurs milliers de déplacés.

Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) s'est dit vendredi "très préoccupé" et, dans la région, des pays d'origine des immigrés se préparaient à rapatrier certains de leurs ressortissants. 

Les violences sont désormais surtout le fait "de petits groupes de 20 à 30 personnes qui en profitent pour piller et casser", a précisé un porte-parole de la police provinciale, Lungelo Dlamini.

"Plus de 30 personnes ont été arrêtées la nuit dernière et seront poursuivies pour violences publiques, vol, effractions et destruction volontaire. La situation est calmée maintenant mais nous prévoyons de renforcer nos effectifs", a-t-il indiqué.

La présence des unités de la police anti-émeutes était de fait renforcée sur le terrain, à la fois en blindés et en hommes, a constaté un photographe de l'AFP.

 

- Violences dans des townships -

 

Dans la très étendue agglomération de Johannesburg, poumon économique de l'Afrique du Sud, la police a dû intervenir pour disperser des émeutiers dans plusieurs secteurs vendredi soir.

A Alexandra, grand township pauvre du nord de l'agglomération à la réputation sulfureuse, "des magasins ont été victimes d'effractions et volés, de petits commerces appartenant à des étrangers", selon M. Dlamini. Notamment des épiciers éthiopiens, selon des témoignages.

Près de 400.000 personnes s'entassent sur 7,6 kilomètres carrés, beaucoup dans des baraquements en tôle composés d'une seule pièce. Samedi, plusieurs magasins gardaient leur rideau baissé.

Des violences se sont aussi produites dans le sud-est à Thokoza, cité noire théâtre d'affrontements meurtriers entre Sud-Africains noirs au début des années 1990 à la fin de l'apartheid.

Les quartiers de Cleveland et Jeppestown ont aussi été touchés: vendredi soir, un face-à-face violent a opposé les riverains d'un foyer de travailleurs de Jeppestown et la police. 

Les forces de l'ordre ont a été caillassées et la circulation a été interrompue plusieurs heures sur l'autoroute M2 voisine. "Maintenant la police municipale est aussi déployée", a poursuivi M. Dlamini.

A Durban, le grand port sud-africain sur l'Océan Indien, où la violence a commencé avant Pâques, le calme était de mise pour le troisième jour consécutif. 

Jeudi, les autorités ont organisé une grande marche pacifique pour dire "non" à la xénophobie, et les dons affluent auprès des ONG pour venir en aide aux déplacés réfugiés dans cinq camps provisoires. 

"C'est très calme, aucune intervention depuis trois jours", a précisé samedi le colonel de police Jay Naicker.

En 2008, les violences xénophobes avaient fait 62 morts, dont une vingtaine de Sud-Africains pris dans les affrontements. Depuis, les violences de ce genre sont récurrentes chez ce géant économique du continent, qui accueille deux millions d'émigrants africains officiellement recensés et de très nombreux sans-papiers. 

Elles reflètent les frustrations de la majorité noire du pays qui continue de souffrir économiquement, et la résurgence d'une culture de violence exacerbée sous l'apartheid. 

A Maputo, la capitale mozambicaine, une centaine de personnes ont marché samedi jusqu'à l'ambassade d'Afrique du Sud. 

"Ces actes xénophobes sont très tristes car l'Afrique du Sud et le Mozambique ont une histoire extrêmement liée, nous les avons considérablement appuyés au moment de l'apartheid", a déclaré à l'AFP Amilcar Manhica Junior, un manifestant.

Aux cris de "Zuma, assassin" et de "non à la xénophobie", la foule a été dispersée par la police sans heurts.

 

AFP

Ses derniers articles: Fifa: deux ex-dirigeants africains radiés  Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé  Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants 

Afrique

AFP

Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone

Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone

AFP

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

AFP

Afrique du Sud: l'ANC rejette "l'appel" à la démission de Jacob Zuma

Afrique du Sud: l'ANC rejette "l'appel" à la démission de Jacob Zuma

casseurs

satarbf

20 casseurs s’attaquent à la Banque Centrale à Sousse

20 casseurs s’attaquent à la Banque Centrale à Sousse

satarbf

Procès des casseurs de l’ambassade : Les américains profondément inquiets

Procès des casseurs de l’ambassade : Les américains profondément inquiets

satarbf

Début du procès des casseurs de l’ambassade américaine à Tunis

Début du procès des casseurs de l’ambassade américaine à Tunis

policiers

AFP

Tchad: un homme arrêté après avoir tiré sur des policiers

Tchad: un homme arrêté après avoir tiré sur des policiers

AFP

AFS: nouveaux heurts violents entre policiers et étudiants

AFS: nouveaux heurts violents entre policiers et étudiants

AFP

Le Burundi refuse le déploiement de 228 policiers de l'ONU sur son sol

Le Burundi refuse le déploiement de 228 policiers de l'ONU sur son sol