mis à jour le

Dans les rues de Johannesburg, le 17 avril 2015. REUTERS/Siphiwe Sibeko
Dans les rues de Johannesburg, le 17 avril 2015. REUTERS/Siphiwe Sibeko

Les violences xénophobes en Afrique du Sud inquiètent les pays voisins

De nouvelles attaques contre des commerces étrangers ont eu lieu à Johannesburg vendredi 17 avril.

De nouvelles attaques xénophobes de Sud-Africains contre des commerces étrangers ont eu lieu à Johannesburg vendredi 17 avril. Selon Reuters, les forces de l'ordre sud-africaines ont tiré des balles en caoutchouc et usées de grenades étourdissantes pour séparer des immigrés armés de machettes qui menaçaient de se battre avec des Sud-africains.

"Si nous travaillons ensemble nous pouvons vaincre ce démon", a déclaré vendredi le ministre sud-africain des Affaires étrangères au cours d'une réunion qu'il tenait avec des ministres de d'autres pays africains à Prétoria. Une main tendue qui n'a pas suffit à calmer la colère de pays frontaliers avec l'Afrique du Sud devant les violences subies par certains de leurs ressortissants. 

Devant ces violences, qui ont d'abord éclaté à Durban avant de se répandre au reste du pays, les médias et les hommes politiques des pays voisins de l'Afrique du Sud font également part de leur inquiétude. Newsday, le grand quotidien du Zimbabwe, avance que, "la xénophobie n'est pas seulement une honte pour l'Afrique du Sud mais pour le continent dans son ensemble. Nos citoyens ne doivent pas être chassés comme des animaux en terre étrangère."  Selon Newsday, deux ressortissants zimbabwéens ont été tués dans les violences de ces derniers jours. "C'est évident que la réponse de l'Afrique du Sud n'est pas assez forte", ajoute un analyste politique zimbabwéen dans Newsday.

Même ton dans les colonnes du Nyasa Times au Malawi. "En tant que Malawiens, laissez-nous exprimer notre colère, laissez-nous boycottez les produits sud-africains." Le quotidien ajoute que comme d'autres pays de la région, le Malawi a commencé à réappatrier certains de ses citoyens vivants dans des "zones sensibles" en Afrique du Sud. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique