mis à jour le

Un naufrage plus meurtrier que celui du Lampedusa en Méditerranée

Plus de 400 migrants sont décédés dans le naufrage d'une embarcation au sud de l'Italie dimanche 12 avril. Un drame révélateur de la situation actuelle.

Immense tragédie en mer Méditerranée. Une embarcation transportant environ 550 migrants, selon les premières estimations, a coulé ce week-end au large de Reggio Calabria, à la pointe sud de la botte italienne. Le bateau, en provenance de Libye, a disparu dans les flots environ 24 heures après son départ. Selon les premières estimations de la police italienne, 400 personnes au moins sont décédées dans l'accident. Les secouristes italiens ont réussi à secourir 150 migrants qui ont été emmenés dans un port du sud de l'Italie, selon l'agence Reuters. La plupart des survivants sont originaires d'Afrique subsaharienne. 

5 600 migrants sauvés en quatre jours

C'est le drame le plus meurtrier cette année en Méditerranée où déjà plus de 500 migrants avaient disparu depuis le début de l'année 2015 dans des naufrages. Sur l'échelle de l'horreur, cet accident se situerait donc au-dessus des 366 noyés de Lampedusa, qui était à ce jour, la plus grande tragédie de la Méditerranée depuis le début du XXIe siècle. "Nous sommes encore en train d'enquêter pour comprendre la dynamique du naufrage", a expliqué à l'AFP Flavio DI Giacomo, le porte-parole de l'Organisation internationale des migrants (OIM), basée à Genève. 

Selon les chiffres de l'OIM, le nombre de migrants décédés lors de naufrages en Méditerranée n'était "que" de 47 personnes à la même période de l'année en 2014. Sur son site, l'OIM indique que d'après les autorités italiennes, le nombre de migrants secourus entre le 10 et 14 avril avoisinera les 5 600 personnes dont la plupart sont partis de Libye.

"Seule une opération de sauvetage coordonnée au niveau européen est à même de répondre aux défis immédiats qui se posent: sauver des vies de la noyade. Aucune autre proposition ne peut-être une solution !", s'indigne dans un communiqué Jean-François Dubost, responsable du programme Personnes déracinées à Amnesty International France.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée