mis à jour le

Nigeria: le parti du président élu confirme sa victoire lors des élections locales

Le parti du nouveau président élu Muhammadu Buhari a remporté au Nigeria la majorité des Etats lors des élections locales, selon les résultats officiels publiés lundi, mettant fin à 16 ans de suprématie du Parti démocratique populaire (PDP) du président sortant Goodluck Jonathan.

L'APC contrôle au moins 21 sièges de gouverneurs, selon les résultats de la Commission électorale indépendante (Inec) disponibles lundi matin, et pourrait en gagner d'autres dans les Etats où le décompte se poursuivait lundi. 

Le Parti démocratique populaire (PDP) du président sortant Goodluck Jonathan régnait en maître sur la présidence et la majorité des 36 Etats de la fédération depuis la fin des dictatures militaires et le retour de la démocratie au Nigeria, en 1999.

Goodluck Jonathan, un chrétien du sud, a perdu la présidentielle contre Muhammadu Buhari, un musulman du nord, fin mars, lors de la première alternance démocratique dans le pays le plus peuplé d'Afrique avec 173 millions d'habitants.

- L'APC plébiscité au nord, garde Lagos -

Au niveau régional, l'APC confirme sa popularité dans le nord, majoritairenement musulman, qui avait déjà voté massivement pour M. Buhari lors de la présidentielle.

Le PDP a perdu les sièges de gouverneur qu'il détenait dans les Etats de Jigawa, Kaduna, Katsina, Kebbi et Adamawa, un des trois Etats les plus durement touchés par l'insurrection du groupe islamiste armé Boko Haram, dans le nord-est.

L'APC conserve également les Etats qu'il contrôlait déjà dans cette région, dont Kano, qui abrite la plus grande ville du nord et un important carrefour commercial.

Dans le nord, seul le gouverneur PDP sortant Ibrahim Dankwan a été réélu dans l'Etat de Gombe.

Dans le centre, l'Etat de Plateau, qui a voté pour M. Jonathan à la présidentielle, a penché pour l'APC lors des élections locales: sans doute un vote-sanction contre le gouverneur PDP sortant Jonah Jang, accusé de mauvaise gestion, selon les experts.

Dans le sud-est, l'APC conserve l'Etat stratégique de Lagos, qui abrite la capitale des affaires de la première puissance économique africaine et la plus grande ville du pays avec ses 20 millions d'habitants.

Akinwumi Ambode, le candidat désigné par l'APC pour succéder au très populaire Babatunde Fashola, a finalement remporté le scrutin dans cet Etat crucial avec près de 200.000 voix d'avance sur le candidat PDP, Jimi Agbaje, au terme d'une campagne très rude.

L'APC, une coalition de plusieurs partis d'opposition créée en 2013, a bénéficié, cette année, du fort soutien des pro-Buhari au nord, et de l'appui des anciennes formations d'opposition du sud-est, dans un pays aux fractures ethniques et religieuses très marquées.

- Le PDP emporte le sud pétrolier -

Le PDP a néanmoins repris le contrôle d'un Etat crucial de ce scrutin régional: l'Etat de Rivers, au sud, où se concentre la production pétrolière et gazière du premier producteur d'or noir d'Afrique.

Nyesom Wike, le candidat du PDP, a remporté plus de 87% des voix contre Dakuku Peterside, le candidat de l'APC. 

L'APC, dont certains militants avaient commencé à manifester dès samedi pour dénoncer des fraudes dans cet Etat, a contesté le résultat, le qualifiant de "viol de la démocratie". Le PDP a répliqué en affirmant que la victoire de son candidat "reflétait la confiance du peuple" dans le parti.

Dans ce fief historique du PDP, le gouverneur sortant, Rotimi Amaechi, un ancien alié de M. Jonathan, avait changé son fusil d'épaule en cours de mandat pour rejoindre l'APC en 2013.

Au lendemain de la présidentielle, remportée par M. Jonathan à 95% dans cet Etat, les militants de l'APC avaient déjà manifesté pour crier à la fraude.

Selon l'Inec, les élections des gouverneurs, qui avaient lieu dans 29 Etats de la fédération, et des Assemblées locales, organisées dans l'ensemble des 36 Etats, se sont déroulées ce weekend de manière "relativement pacifique", malgré une soixantaine d'incidents violents dans tout le pays.  

Chez le géant d'Afrique de l'Ouest, jusqu'ici habitué à d'importantes violences électorales, l'élection présidentielle avait déjà constitué une bonne surprise: les violences sont restées très limitées, le perdant acceptant sa défaite et le scrutin ayant été qualifié de "démocratique" par les observateurs.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: la famine menace alors que l'argent des humanitaires s'épuise  Maroc: les critiques se multiplient contre la "répression" dans le nord  Coupe des Confédérations: Achille le chat remplace Paul le Poulpe 

élections

AFP

Lesotho: dépouillement en cours après des élections "calmes"

Lesotho: dépouillement en cours après des élections "calmes"

AFP

Elections législatives au Lesotho: coalition instable en vue

Elections législatives au Lesotho: coalition instable en vue

AFP

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

président

AFP

Bénin: les réformes économiques du président Talon suscitent critiques et inquiétudes

Bénin: les réformes économiques du président Talon suscitent critiques et inquiétudes

AFP

Ouganda: enquête Fifa pour trafic de billets contre le président de la Fédération

Ouganda: enquête Fifa pour trafic de billets contre le président de la Fédération

AFP

En Zambie, l'inquiétante dérive du président Lungu

En Zambie, l'inquiétante dérive du président Lungu

victoire

AFP

CAN-2019: victoire sud-africaine au Nigeria, la Côte d'Ivoire battue

CAN-2019: victoire sud-africaine au Nigeria, la Côte d'Ivoire battue

AFP

Au Lesotho, victoire de l'ex-premier ministre Thabane, contraint

Au Lesotho, victoire de l'ex-premier ministre Thabane, contraint

AFP

De retour d'exil, l'ex-Premier ministre du Lesotho vise la victoire

De retour d'exil, l'ex-Premier ministre du Lesotho vise la victoire