mis à jour le

Afrique du Sud: la statue de Cecil Rhodes va être retirée de l'Université du Cap

Le conseil de la prestigieuse Université du Cap (UTC) a voté mercredi le retrait de la statue du colonisateur britannique Cecil Rhodes qui trône à l'entrée du campus, après un mois d'une vigoureuse campagne étudiante qui dénonçait un symbole de l'oppression blanche, a annoncé l'institution.

Les étudiants demandaient que cette statue érigée en signe de gratitude pour le terrain donné à l'université par l'homme politique et magnat des mines Cecil Rhodes soit enlevée. Ces terres avaient été volées aux premiers habitants noirs d'Afrique du Sud, soulignaient-ils.

Ils avaient maculé d'excréments puis recouvert de sacs-poubelle en plastique noir l'imposante statue de bronze, qui représente l'ancien Premier ministre de la colonie britannique du Cap assis dans un confortable fauteuil. 

L'UCT doit désormais demander l'autorisation de retirer définitivement la statue, le campus étant classé monument historique. Elle a en attendant obtenu que le monument soit retiré --provisoirement, officiellement-- et mis à l'abri, a précisé la direction dans un communiqué.

Souvent décrit comme philanthrope, mais aussi éminemment raciste, Cecil John Rhodes a fondé la compagnie De Beers, aujourd'hui encore numéro un mondial du diamant. Rêvant d'une Afrique britannique du Cap au Caire, il a obtenu de la reine victoria la concession de vastes territoires dans ce qui est devenu la Rhodésie (aujourd'hui Zambie et Zimbabwe).

Le mouvement #Rhodesmustfall (Rhodes doit tomber) des étudiants de l'UCT a fait tache d'huile ces dernières semaines en Afrique du Sud.

Des étudiants de l'Université Rhodes de Grahamstown (sud) ont exigé que leur établissement soit débaptisé, tandis que leurs confrères de l'Université du KwaZulu-Natal à Durban (est) s'en sont pris à la statue du roi d'Angleterre George V, le grand-père d'Elizabeth II.

Le parti radical des Combattants pour la liberté économique (EFF) du jeune tribun Julius Malema a plus généralement appelé à faire tomber toutes les "statues coloniales" rappelant les anciens maîtres blancs du pays, anglais et afrikaners.

Des militants EFF ont attaqué plusieurs monuments ces derniers jours, y compris au coeur de la capitale Pretoria.

AFP

Ses derniers articles: Somalie: nomination d'un nouveau Premier ministre  Nigeria: deux Allemands kidnappés dans le nord du pays  Côte d'Ivoire: la filière cacao en difficultés 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

AFP

Marrakech en tête des villes où il fait bon vivre en Afrique

Marrakech en tête des villes où il fait bon vivre en Afrique

AFP

Mondial

Mondial

Cap

AFP

Afrique du Sud: neuf morts dans des incendies au Cap

Afrique du Sud: neuf morts dans des incendies au Cap

AFP

Appel

Appel

AFP

L'Afrique garde le cap de la croissance, mais gare

L'Afrique garde le cap de la croissance, mais gare