mis à jour le

Pour le président zimbabwéen Mugabe, les Occidentaux "déchirent le monde arabe

Le président zimbabwéen Robert Mugabe, reçu par son homologue sud-africain Jacob Zuma pour une visite d'Etat, sa première en 21 ans, a dénoncé l'attitude des Occidentaux, hier avec la colonisation et aujourd'hui avec leur intervention dans le monde arabe.

Critiquant la "domination des cinq" membres permanents du Conseil de sécurité, mais plus particulièrement celle des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, M. Mugabe a déclaré: "Ce sont ces cinq-là qui créent des problèmes, ils perturbent le monde arabe et le déchirent". 

"Regardez ce qu'ils ont fait en Libye", a-t-il ajouté lors d'un point presse commun, dénonçant le sort en 2011 du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi "pourchassé à mort". 

"Ils ont fait de même avec Saddam Hussein en Irak (...) Là encore pour le pétrole. C'est la même approche brutale, sans ménagement et semant la zizanie des Occidentaux", a ajouté M. Mugabe, 91 ans et plus vieux chef d'Etat au monde.

Compagnons d'armes durant la lutte contre la minorité blanche, au pouvoir avec Ian Smith au Zimbabwe jusqu'en 1980 et sous l'apartheid jusqu'en 1994 en Afrique du Sud, les présidents zimbabwéen et sud-africain restent profondément liés, nonobstant les atteintes aux droits de l'homme reprochées à M. Mugabe.

M. Mugabe a souligné que sa présence à Pretoria était le symbole de la victoire de l'Afrique sur la colonisation.

"Maintenant nous sommes nos propres maîtres, nous avons le président Zuma ici et le président Mugabe au Zimbabwe -- c'est pour çà que nous nous sommes battus".

"Les ressources de l'Afrique appartiennent à l'Afrique. D'autres peuvent venir nous aider comme amis ou alliés mais plus comme colonisateurs ou oppresseurs, ou comme des racistes", a-t-il dit.

Durant les années 2000 de grave crise économique au Zimbabwe et de sanctions occidentales, l'Afrique du Sud a maintenu sa ligne diplomatique controversée et cultivé ses liens de bon voisinage.

Pour cette visite d'Etat, M. Mugabe, qui se rend régulièrement en Afrique du Sud, est à la recherche d'une aide pour sortir l'économie de son pays du marasme qui pousse des millions de Zimbabwéens à vivre et travailler en Afrique du Sud, sans papiers s'il le faut.

Le Zimbabwe aurait accumulé plus de 10 milliards de dollars de dette qu'il peine à rembourser. Mais le FMI et la Banque mondiale exigent de M. Mugabe un changement de cap, notamment l'abandon de sa politique d'"indigénisation" privant les entreprises étrangères du contrôle de leurs filiales locales. 

M. Mugabe ne semble pas prêt à des concessions.

"Nous voulons la paix, et la paix cela ne signifie pas la part du lion pour vous et la part du babouin pour les autres", a-t-il également lancé lors d'une conférence de presse avec le président Zuma.

AFP

Ses derniers articles: Mondial-2018: Amine Harit appelé pour la 1re fois par le Maroc  Ouganda: pugilat au Parlement au sujet de la limite d'âge du président  Centrafrique: au moins 2 morts 

arabe

AFP

Une émission de France 24 en arabe interdite au Maroc

Une émission de France 24 en arabe interdite au Maroc

AFP

Roland-Garros: la Tunisienne Jabeur au 3e tour, une première pour un pays arabe

Roland-Garros: la Tunisienne Jabeur au 3e tour, une première pour un pays arabe

AFP

Les trésors de l'islam sub-saharien

Les trésors de l'islam sub-saharien

Monde

AFP

Côte d'Ivoire: la vice-championne du monde de sprint Ta-Lou au chevet de l'armée

Côte d'Ivoire: la vice-championne du monde de sprint Ta-Lou au chevet de l'armée

AFP

Répudiation express: une pratique contestée dans le monde musulman

Répudiation express: une pratique contestée dans le monde musulman

AFP

Elections au Kenya: "Tout le monde veut devenir gouverneur"

Elections au Kenya: "Tout le monde veut devenir gouverneur"

Occidentaux

AFP

Burkina: "attaque terroriste" sur un hôtel fréquenté par des Occidentaux

Burkina: "attaque terroriste" sur un hôtel fréquenté par des Occidentaux

AFP

Burundi: face

Burundi: face

AFP

Mali: des Occidentaux tués pour la première fois dans un attentat

Mali: des Occidentaux tués pour la première fois dans un attentat