mis à jour le

Nigeria: 9 soldats tchadiens et 1 nigérien tués lors de combats avec Boko Haram

Neuf soldats tchadiens, un militaire nigérien et plus d'une centaine de membres de Boko Haram ont été tués mercredi dans des combats près de la ville de Malam Fatori, dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué jeudi les armée tchadienne et nigérienne.

Le porte-parole de l'armée tchadienne, le colonel Azem, interrogé par l'AFP, a fait état jeudi matin de neuf soldats tchadiens tués après être tombés dans une "embuscade" à une dizaine de kilomètres de Malam Fatori, reprise à Boko Haram en début de semaine par les armées tchadienne et nigérienne.

Le porte-parole de l'armée nigérienne Moustapha Ledru, dans une intervention jeudi soir à la télévision publique, a mentionné un dixième mort, "un soldat nigérien tué" dans les rangs de la coalition régionale.

"Les éléments de la force tchado-nigérienne sont tombés sur une poche de résistance à une dizaine de kilomètres de Malam Fatori. Après d'intenses combats, les forces armées du Tchad et du Niger ont totalement nettoyé la zone", selon un communiqué de l'état-major tchadien reçu jeudi matin par l'AFP.

"Le bilan s'établit comme suit: côté ami, nous déplorons 9 morts et 16 blessés. Côté ennemi, plus d'une centaine de morts et un important lot de matériel détruit", ajoute ce texte. "Ce bilan concerne uniquement les soldats tchadiens", avait précisé le porte-parole de l'armée.

Moustapha Ledru a de son côté fait état de "150 tués" dans les rangs de Boko Haram, ainsi que "des véhicules et des armements (...) détruits".

Lors de la prise de la ville mardi, il n'y a pas eu de combats car les islamistes avaient fui à l'arrivée de la force tchado-nigérienne, mais certains étaient restés aux alentours, a indiqué l'officier tchadien.

Mercredi, un "violent accrochage" a eu lieu entre les islamistes et les forces du Tchad et du Niger, entre Malam Fatori et la ville nigérienne frontalière de Bosso, selon un haut gradé nigérien.

La prise de Malam Fatori est importante pour la coalition régionale, qui poursuit son offensive contre le groupe armé nigérian. Cette ville frontalière du Niger avait été identifiée comme le principal lieu de repli des combattants de Boko Haram après plusieurs défaites.

Depuis leur entrée le 8 mars dans le nord-est du Nigeria, les troupes tchadiennes et nigériennes avaient fait de Malam Fatori un objectif majeur.

Après la capture rapide de la ville nigériane de Damasak, les militaires de la coalition sont allées d'ouest en est, sur un axe qui longe la frontière nigérienne, reprenant les localités de Gachagar, Talagam, Abadam, puis Malam Fatori.

Des milliers de soldats nigériens et tchadiens sont impliqués dans l'offensive au nord-est du Nigeria. Le Tchad, qui intervient de part et d'autre du lac Tchad, est également actif sur un second front plus au sud, en territoire camerounais et nigérian.

AFP

Ses derniers articles: RDC: l'épiscopat redoute un plan pour "empêcher" les élections  Nouvelles turbulences au Sahara occidental  Gambie: le chef de l'armée Ousman Badjie limogé 

combats

AFP

Angola: nouveaux combats entre armée et séparatistes de Cabinda

Angola: nouveaux combats entre armée et séparatistes de Cabinda

AFP

Libye: violents combats entre milices rivales

Libye: violents combats entre milices rivales

AFP

Ouganda: le bilan des combats dans l'ouest monte

Ouganda: le bilan des combats dans l'ouest monte

haram

AFP

Cameroun: les "groupes d'auto-défense" face

Cameroun: les "groupes d'auto-défense" face

AFP

Nigeria: le chef de Boko Haram tue l'un des commandants pour complot

Nigeria: le chef de Boko Haram tue l'un des commandants pour complot

AFP

Nigeria: sept soldats tués dans une embuscade de Boko Haram

Nigeria: sept soldats tués dans une embuscade de Boko Haram

soldats

AFP

Niger: 16 soldats tués mercredi, la France apporte son soutien

Niger: 16 soldats tués mercredi, la France apporte son soutien

AFP

Niger: 15 soldats tués dans une "attaque terroriste"

Niger: 15 soldats tués dans une "attaque terroriste"

AFP

La RDC qualifie de "montage" une vidéo de tuerie par des soldats

La RDC qualifie de "montage" une vidéo de tuerie par des soldats