mis à jour le

A Kano, la "victoire" de Buhari "c'est comme l'Aïd"

Jeune étudiant nigérian, Khalid Isa Musa, exulte à l'annonce de la "victoire" du candidat de l'opposition  Muhammadu Buhari à la présidentielle: "C'est un des plus beaux moments de ma vie. C'est comme si c'était l'Aïd pour moi". 

Comme des milliers d'autres Nigérians, il est descendu dans les rues de Kano, la grande ville du nord musulman, pour célébrer la "victoire" attendue de Buhari sur le président sortant Goodluck Jonathan.

Une nuée de scooters et de voitures tous feux allumés circulent dans les rues de Kano pour célébrer cette "victoire" historique revendiquée par le camp Buhari, et acceptée par le président sortant Goodluck Jonathan, mais pas encore confirmée officiellement par la commission électorale.

De nombreuses personnes brandissent des balayettes en paille, symboles du  parti de Buhari, le Congrès progressiste (APC), qui s'est engagé à "balayer" des années de mauvaise gouvernance et de corruption. 

Des chauffeurs de voitures et de scooters font du rodéo avec leurs engins, dans des nuages de gaz d'échappement. Des femmes voilées scandent en choeur, dans la foule, "Juste Buhari!".

 

- "Pars de Aso Rock" -

 

"Pars de Aso Rock", la villa présidentielle nigériane, chantent des jeunes à l'adresse de M. Jonathan, en écrasant sur le sol des fédoras noirs --le chapeau que le président sortant porte à toutes les occasions--, une valise sur la tête. 

"Désormais j'attends un nouvel avenir pour le Nigeria. J'espère que c'est la fin (du groupe islamiste armé) Boko Haram et de toutes les formes d'insécurité au Nigeria" lance Khalid. 

Maikudi Adamu, un marchand de charbon de la trentaine, ne cache pas non plus sa satisfaction: "C'est un jour de joie de pour moi. J'ai attendu huit ans pour voir ce jour, et il est enfin devenu réalité".

"Je fais confiance à Buhari pour combattre les deux grands problèmes du Nigeria: l'insécurité et la corruption", poursuit-il.

"Mon vote, dit-il, a vraiment compté. C'est le début de la consolidation de la démocratie".

Kano a plébiscité M. Buhari, qui y a reçu près de deux millions de suffrages, contre à peine 215.000 voix pour M. Jonathan.

 

- "Le changement, le changement" -

 

A Kaduna, dans le centre du Nigeria, où des affrontements entre chrétiens et musulmans avaient fait près d'un millier de morts lors de la défaite de M. Buhari à la présidentielle de 2011, la foule exulte elle aussi, mardi soir, après avoir retenu son souffle tout le week-end dans l'attente des résultats de la présidentielle. 

Des milliers de personnes convergeaint vers le quartier musulman de Tundun Wada, en fin d'après-midi, pour célébrer la victoire de l'enfant du pays, qui réside à Kaduna depuis de nombreuses années.

Des voitures et des motos décorées avec des drapeaux de l'APC et des mannequins à l'effigie de Buhari, bricolés à la va-vite, provoquent des cris de joie dans la foule, qui scande "le changement, le changement", le poing levé.

Des dizaines de jeunes sont perchés sur les toits des immeubles et sur la façade de batiments en construction.

Des affiches du parti de M. Jonathan, le PDP, arrachées, gisent sur le sol.  

Et à quelques centaines de km de là, à Abuja, une foule se masse devant le QG de campagne de M. Buhari en chantant et en tapant sur des percussions, dans l'attente du héros du jour. 

"Il s'agit de la première alternance démocratique de l'histoire du Nigeria. Il n'est pas question de musulman ou de chrétien, ou même de parti politique. Cela montre aux politiciens que s'ils ne font pas leur job, on peut les mettre dehors", lance un habitant, Anas Galadima.

AFP

Ses derniers articles: L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"  Bénin: RSF dénonce la suspension de quatre médias en 48 heures  La longévité politique des chefs d'État africains