mis à jour le

Tourisme: les réservations pour la Tunisie en chute de 60%

Les réservations pour la Tunisie sont en baisse de 60%, depuis le 18 mars et l'attentat du Bardo à Tunis, dans les agences de voyage en France, a indiqué lundi le président de leur syndicat, le SNAV, dans une déclaration à l'AFP.

"Le tourisme a été atteint par l'attentat du Bardo", reconnaît d'entrée Jean-Pierre Mas, président du Syndicat national des agents de voyages.

"Même si le nombre de demandes de rapatriement a été insignifiant et celui des annulations, reports, ou changements de destination est demeuré faible, les réservations sont, depuis le 18 mars, en forte baisse :-60% par rapport à la même période de 2014", poursuit-il.

Les organisateurs de croisières ont suspendu sine die les escales en Tunisie.

Cette chute est d'autant plus importante, souligne-t-il, qu'"on assistait avant l'attentat du Bardo à une reprise sensible de la Tunisie pour le printemps et l'été".

Jean-Pierre Mas reconnaît que tout en étant "solidaires de la Tunisie", il apparaît plus facile "d'acheter Charlie Hebdo que de réserver ses vacances en Tunisie, ce n'est pas le même prix, ce n'est pas le même engagement".

"Il n'en demeure pas moins que la façon la plus efficace d'exprimer sa solidarité avec la Tunisie c'est d'aller en Tunisie", conclut-il.

chute

AFP

La Tunisie depuis la chute de Ben Ali le 14 janvier 2011

La Tunisie depuis la chute de Ben Ali le 14 janvier 2011

AFP

Après la chute de Mugabe, "lueur d'espoir" chez les fermiers blancs zimbabwéens

Après la chute de Mugabe, "lueur d'espoir" chez les fermiers blancs zimbabwéens

AFP

Zimbabwe: les anciens combattants, fer de lance de la chute de Mugabe

Zimbabwe: les anciens combattants, fer de lance de la chute de Mugabe

Tunisie

AFP

"Ni travail ni avenir"

"Ni travail ni avenir"

AFP

La Tunisie théâtre de nouveaux heurts, des centaines d'arrestations

La Tunisie théâtre de nouveaux heurts, des centaines d'arrestations

AFP

Un mort lors de nouveaux troubles sociaux en Tunisie

Un mort lors de nouveaux troubles sociaux en Tunisie