mis à jour le

Nigeria: l'armée dit avoir repris Gwoza, fief de Boko Haram

L'armée nigériane a affirmé avoir repris vendredi la ville de Gwoza, dans le nord-est, où le groupe islamiste Boko Haram avait proclamé l'instauration de son califat l'année dernière.

"L'armée a capturé Gwoza ce (vendredi) matin, détruisant le quartier général du soi-disant califat des terroristes", a annoncé le ministère de la Défense à Abuja sur son compte Twitter. Cette annonce intervient à la veille des élections présidentielle et législatives au Nigeria.

"Plusieurs terroristes sont morts et nombre d'entre eux capturés. Un nettoyage complet de Gwoza et de sa banlieue en cours" dit un second message.

Le porte-parole de l'armée nigériane, Chris Olukolade, a précisé à la presse, à Abuja, que la reprise de la ville avait été le fruit "d'opérations terrestres et aériennes concertées et bien coordonnées".

"De nombreuses armes et munitions ont été retrouvées et le quartier général administratif (de Boko Haram) a été complètement détruit", a-t-il précisé.

Des opérations de recherche de grande envergure ont été lancées "afin de localiser les terroristes en fuite ou les otages qu'ils détiennent", a poursuivi M. Olukolade.

C'est depuis Gwoza, prise par les insurgés en juin 2014, que le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau a proclamé en août un "califat" dans les zones passées sous le contrôle des islamistes armés dans le nord-est du pays.

Plus tôt ce mois-ci, les habitants ayant fui Gwoza avaient déclaré à l'AFP que les islamistes étaient en train de se rassembler dans la ville de l'État de Borno et qu'ils avaient exécuté des civils n'ayant pas pu partir.

Le groupe islamiste, chassé d'un grand nombre de localités du nord-est ces dernières semaines, par l'armée nigériane et ses alliés des pays voisins, le Tchad en tête, semblait alors se mettre en ordre de bataille pour défendre son fief.

Selon M. Olukolade, des cadavres ont été découverts dans un puits. 

Selon Usman Ali, un homme enrôlé de force dans les rangs de Boko Haram, Shekau a lui-même ordonné l'exécution des femmes de la ville.

M. Ali, un fermier de 35 ans, dit avoir assisté à un discours de Shekau à ses combattants, le 15 mars.

"Il leur a dit de retourner à Gwoza et d'assassiner toutes les femmes qu'ils avaient laissé derrière eux. Il leur a dit que s'ils ne les tuaient pas, ils ne les retrouveraient pas au paradis" a-t-il confié à l'AFP après avoir réussi à s'enfuir.

"Ils nous ont amenés à Gwoza, où nous avons assisté au carnage", a-t-il ajouté.

Le porte-parole du gouvernement pour les questions de sécurité, Mike Omeri, a déclaré la semaine dernière que l'armée se préparait à lancer "l'assaut final" contre Boko Haram, et que Gwoza faisait partie des trois zones toujours sous contrôle islamiste.

M. Olukolade a considéré vendredi que "l'armée a été capable de reprendre l'ensemble des enclaves et des cachettes où les terroristes rodaient" dans le nord-est.

Il a tout de même précisé "qu'une partie des terroristes semblent se diriger vers les zones frontalières" où ils devraient être interceptés par les armées alliées des pays voisins.

La reprise de Gwoza, si elle est confirmée, représenterait un succès hautement symbolique pour l'armée nigériane et pour le président Goodluck Jonathan, très critiqué durant son mandat pour son incapacité à juguler l'insurrection islamiste et candidat à sa réélection samedi, lors d'un scrutin qui s'annonce très serré. 

AFP

Ses derniers articles: Esclavage en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauront tarder" assure un ministre  La star de Liverpool Salah soutient une campagne pour les droits des femmes en Egypte  Sept cultivateurs tués dans le nord-est du Nigeria, Boko Haram soupçonné 

haram

AFP

Sept cultivateurs tués dans le nord-est du Nigeria, Boko Haram soupçonné

Sept cultivateurs tués dans le nord-est du Nigeria, Boko Haram soupçonné

AFP

Niger: un directeur d'école égorgé par Boko Haram

Niger: un directeur d'école égorgé par Boko Haram

AFP

Nigeria: huit soldats tués par Boko Haram dans le nord-est

Nigeria: huit soldats tués par Boko Haram dans le nord-est

l'armée

AFP

Au Zimbabwe, l'armée a fait fuir Mugabe... et les policiers corrompus

Au Zimbabwe, l'armée a fait fuir Mugabe... et les policiers corrompus

AFP

Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel

Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel

AFP

Génocide au Rwanda: les rescapés de Bisesero redoutent un non-lieu pour l'armée française

Génocide au Rwanda: les rescapés de Bisesero redoutent un non-lieu pour l'armée française