mis à jour le

Manifestation à Tunis, le 16 octobre 2011. REUTERS/ Zoubeir Souissi
Manifestation à Tunis, le 16 octobre 2011. REUTERS/ Zoubeir Souissi

La Tunisie a déjà gagné

Les Occidentaux s'inquiètent du péril islamiste. Mais il faut d'abord constater que la transition démocratique est une réussite.

 

Mise à jour du 26 octobre, 10h30: Selon les résultats officiels partiels annoncés le 25 octobre par la commission électorale tunisienne Isie, Ennahda prend le dessus sur toutes les autres formations aux élections à l’Assemblée constituante qui comptera 217 membres. Le parti islamiste sort en tête dans 9 des 27 circonscriptions et remporte 28 des 55 sièges. Ennahda dispose déjà de 9 sièges obtenus à l’étranger.

***

 

Personne n’est vraiment capable de dire quel sera le résultat du scrutin de ce dimanche 23 octobre où les Tunisiens et les Tunisiens sont appelés à voter pour désigner leur Assemblée constituante. Personne non plus n’est capable de dire comment vont se dérouler ensuite les travaux de cette future Assemblée qui aura un an pour élaborer le texte fondateur de la Deuxième république tunisienne. Depuis plusieurs semaines, les médias, notamment occidentaux ne se posent d’ailleurs pas trop cette question.

«Les barbus, ça fait vendre coco»

Comme à leur habitude, ils ne se préoccupent que de la question des islamistes («les barbus, ça fait vendre coco»).

Ces islamistes sont-ils gentils? Sont-ils méchants? Vont-ils jouer le jeu de la démocratie? Le parti Ennahda, qui se réclame de l’AKP turc, ne pratique-t-il pas le double langage? Ne va-t-il pas sombrer dans la surenchère vis-à-vis du courant salafiste qui cherche à le déborder sur sa droite? Autant d’interrogations à la fois normales au vu des incidents récents comme l’attaque du siège de la télévision Nesma par des islamistes ulcérés par la diffusion du film Persepolis mais aussi partiales car elles tendent à faire passer sous silence les succès de la transition tunisienne.

Il sera toujours temps d’aborder la question du défi islamiste, peut-être même dès le lundi 24 octobre au matin. En attendant, il est à la fois juste et important de rendre hommage aux autorités de transition qui ont gouverné la Tunisie au cours de ces derniers mois. Certes, il y a eu des insuffisances et quelques dérapages. Ainsi, Béji Caïd Essebsi (BCE), le chef du gouvernement transitoire, semble avoir pris goût au pouvoir et aimerait bien, affirme-t-on à Tunis, rempiler alors que lui et ses ministres se sont engagés à se retirer dès l’élection de la nouvelle Assemblée.

Véritable tour de force

On peut aussi citer à l’envi de nombreux événements – arrestations arbitraires, violences policières – qui ont démontré que l’ancien pouvoir et ses mauvaises habitudes n’avaient pas totalement disparu. C’est évident, la démocratie et le respect des droits de la personne humaine ont encore des progrès à faire.

Exemple dans le monde arabe

Il n’empêche. La Tunisie vient de réaliser un véritable tour de force qui mérite d’être salué. En quelques mois, ce pays a digéré la chute d’un régime implacable qui régentait toute la société. Mieux, ce pays a mis en place, sans grands heurts, un processus institutionnel qui aura valeur d’exemple dans le monde arabe. En effet, les choses auraient pu mal tourner ne serait-ce qu’en raison d’un contexte géopolitique incertain avec la guerre en Libye. Peu aidée financièrement par l’Occident ou même les autres pays arabes, la Tunisie a aussi encaissé un choc économique violent, avec notamment une baisse supérieure à 50% des recettes touristiques ainsi qu’un décrochage des exportations à destination de l’Europe.

De plus, elle a été obligée de compter sur ses propres forces pour accueillir et nourrir des dizaines de milliers de réfugiés libyens quand, en Europe, certains dirigeants démagogues s’émouvaient de l’arrivée de quelques centaines de clandestins tunisiens dans l’île de Lampedusa.

Mission accomplie

Tout cela aurait pu générer le chaos et une instabilité aussi importante que celle que connaît actuellement l’Egypte. Il n’en n’a rien été.

Mission accomplie donc pour le gouvernement de «BCE» mais aussi pour deux autres instances qui ont joué un rôle déterminant. La première est la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique. Présidée par le juriste Iyadh Benachour, cette institution a été créée le 15 mars dernier et a terminé ses travaux le 13 octobre. Comptant plus de 155 membres, dont les représentants de douze partis politiques, ses acquis et apports sont nombreux malgré de nombreuses chicaneries: Stricte parité hommes-femmes sur les listes électorales (une première mondiale et pas simplement arabe), exclusion des ex-membres du RCD, l’ancien parti au pouvoir et des personnalités ayant appelé Ben Ali à se représenter en 2014, rôle modérateur dans les tensions entre partis politiques, mise en place de règles claires en matière de financement de ces mêmes partis, l’Instance présidée par Benachour a ainsi donné un avant-goût de ce que pourrait être la démocratie tunisienne.

Un progrès énorme

De même, cette instance a aussi préparé le terrain au vote pour la Constituante en permettant la création de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), l’autre organe qui a joué un rôle important durant la transition. Dans un pays habitué à des votes systématiquement truqués, l’ISIE a promis un scrutin transparent et honnête, ce qui est un progrès énorme même s’il faudra attendre dimanche soir pour établir son bilan définitif.

En matière de sciences politiques, l’étude des transitions démocratiques est un vaste domaine puisqu’il couvre des cas qui vont de l’Amérique latine aux pays européens de l’ex-bloc de l’est. Jusque-là, le monde arabe était bien en peine de mettre en avant une expérience à la fois concluante et significative. C’est chose faite avec le cas tunisien et c’est déjà une victoire pour un peuple qui a eu le courage de mettre fin à un régime tyrannique.

Akram Belkaïd

A lire aussi

Les 400 coups de Leïla Trabelsi

Les réfugiés tunisiens sous une mauvaise étoile à Paris

Ben Ali, le dictateur «bac moins 3» 

Que sont devenus les migrants tunisiens?

 Tout ce qu'il faut savoir sur le procès Ben Ali

Tunisie: Twitter ou la générosité ostentatoire 2.O

Immigration: le grand mensonge européen

Akram Belkaïd

Akram Belkaïd, journaliste indépendant, travaille avec Le Quotidien d'Oran, Afrique Magazine, Géo et Le Monde Diplomatique. Prépare un ouvrage sur le pétrole de l'Alberta (Carnets Nord). Dernier livre paru, Etre arabe aujourd'hui (Ed Carnets Nord), 2011.

Ses derniers articles: Le pays où le mensonge est la règle  Ces mots qui tuent le français  Le monde arabe à l'heure du Web 

Ben Ali

Constituante

L'islam ne sera pas la religion du peuple

L'islam ne sera pas la religion du peuple

Nostalgie

Ben Ali est de retour en Tunisie… mais sur Facebook

Ben Ali est de retour en Tunisie… mais sur Facebook

Tawa fi Tunis

Un homme fort, c'est ce qu'il manque en Tunisie

Un homme fort, c'est ce qu'il manque en Tunisie

Ennahda

AFP

Tunisie: l'ex-Premier ministre Jebali quitte le parti islamiste Ennahda

Tunisie: l'ex-Premier ministre Jebali quitte le parti islamiste Ennahda

AFP

Tunisie: le parti anti-islamiste Nidaa Tounès remporte les législatives devant Ennahda

Tunisie: le parti anti-islamiste Nidaa Tounès remporte les législatives devant Ennahda

Leila Assam - Lemag

Tunisie: Ennahda serait derrière la "grossesse" de la veuve de Chokri Belaid

Tunisie: Ennahda serait derrière la "grossesse" de la veuve de Chokri Belaid

Leïla Trabelsi

First Lady

Le mystère de la nouvelle première dame tunisienne

Le mystère de la nouvelle première dame tunisienne

Vu d'Oran

Djihadistes, horribles enfants des dictatures!

Djihadistes, horribles enfants des dictatures!

Tunisie

Ces jeunes qui regrettent Ben Ali

Ces jeunes qui regrettent Ben Ali