mis à jour le

Somalie: attaque des shebab contre la présidence régionale

Les islamistes shebab ont revendiqué jeudi l'attaque d'une enceinte fortifiée abritant le siège du gouvernement local, l'aéroport, le QG de la force de l'Union africaine et des bureaux de l'ONU à Baïdoa, grande ville du Sud somalien.

Selon une source sécuritaire occidentale, au moins un soldat éthiopien a été tué, tandis que trois assaillants sont morts en déclenchant les explosifs qu'ils portaient sur eux, un quatrième a été abattu et le dernier a été grièvement blessé.

Cinq assaillants ont tenté de pénétrer dans le complexe de la présidence intérimaire de l'Etat régional du Sud-Ouest, situé dans l'enceinte, sans y parvenir, a expliqué cette source. Le président local, Sharif Hassan Sheikh Adan, est sain et sauf, selon la même source.

"Ils ont été bloqués à un barrage" tenu par les troupes éthiopiennes de la force militaire de l'Union africaine en Somalie (Amisom), a ajouté cette source occidentale.

Le porte-parole militaire des shebab, Abdulaziz Abu Musab, contacté par l'AFP, a revendiqué l'attaque de Baïdoa, affirmant avoir visé "une réunion de sécurité entre le président Adan et des responsables éthiopiens".

Selon Mohamed Dahir, un responsable de la police joint à Baïdoa par l'AFP, les assaillants étaient "vêtus d'uniformes militaires somaliens". 

Des sources sécuritaires à Baïdoa ont affirmé que les assaillants avaient abattu plusieurs personnes à l'entrée de l'enceinte. Aucun bilan plus précis n'était disponible dans l'immédiat.

Baïdoa, située à environ 220 km au nord-ouest de Mogadiscio, fut l'un des principaux bastions des shebab entre janvier 2009 et février 2012, date à laquelle la ville avait été reprise par les troupes éthiopiennes entrées en novembre 2011 en Somalie, qui ont depuis intégré l'Amisom.

Un double attentat à la bombe avait tué 15 personnes début décembre dans la cité. Un kamikaze s'était fait exploser au milieu d'un café et quelques minutes plus tard, une bombe avait explosé alors que les sauveteurs venaient en aide aux blessés.

Au moins 19 personnes avaient également péri en mai 2014 dans l'explosion d'un véhicule piégé à Baïdoa.

Les insurgés shebab, qui contrôlèrent un temps la quasi-totalité du Centre et du Sud somaliens, ont essuyé une série ininterrompue de revers militaires depuis août 2011, qui les a contraints à abandonner la quasi-totalité de leurs bastions.

Ils tiennent toujours de larges zones rurales mais, confrontés à la puissance de feu supérieure de l'Amisom, privilégient désormais les opérations de guérilla et les attentats-suicides.

 

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: le directeur d'un zoo kidnappé, 3 policiers tués  Nigeria: 10 arrestations après une manifestation de déplacés  Zimbabwe: l'opposant Mawarire plaide non coupable de tentative de renversement du gouvernement 

attaque

AFP

Mali: au moins 3 Casques bleus tués dans une attaque

Mali: au moins 3 Casques bleus tués dans une attaque

AFP

Egypte: 18 morts dans une attaque contre des forces de sécurité revendiquée par l'EI

Egypte: 18 morts dans une attaque contre des forces de sécurité revendiquée par l'EI

AFP

Somalie: 12 morts dans une attaque shebab, des soldats fuient au Kenya

Somalie: 12 morts dans une attaque shebab, des soldats fuient au Kenya

Baidoa

AFP

Somalie: au moins trente morts

Somalie: au moins trente morts

AFP

Somalie: 15 morts dans le double attentat

Somalie: 15 morts dans le double attentat

présidence

AFP

Côte d'Ivoire: Ouattara crée la surprise en déclinant la présidence de son parti

Côte d'Ivoire: Ouattara crée la surprise en déclinant la présidence de son parti

AFP

Afrique du Sud: les temps forts de la présidence Zuma

Afrique du Sud: les temps forts de la présidence Zuma

Politique

Tunisie: Marzouki élu à la tête du parti Al Irada

Tunisie: Marzouki élu à la tête du parti Al Irada