mis à jour le

Mozambique: 60.000 sinistrés

Les fortes intempéries qui touchent le nord du Mozambique ces derniers jours ont fait près de 60.000 sinistrés, a annoncé mercredi un haut responsable des opérations de secours.

"D'après les décomptes préliminaires, près de 60.000 personnes ont perdu leurs maisons à la suite des intempéries dans le nord du pays", a déclaré mercredi à l'AFP Joao Ribeiro, directeur de l'Institut national de gestion des catastrophes naturelles (INGC), précisant qu'aucun décès n'avait été constaté pour l'instant.

Environ 10.700 maisons dans la province de Nampula et 1.200 dans la province de Cabo-Delgado ont été détruites, affectant un total de 59.600 personnes, avait auparavant indiqué le porte-parole du gouvernement Mouzinho Saide.

Les voies de communication et les lignes électriques ont également été sévèrement touchées, alors que la moitié nord du pays était déjà restée sans énergie et coupée du sud pendant près d'un mois après les inondations de mi-janvier. 

Le nord du Mozambique retient l'attention des investisseurs étrangers ces dernières années car la région concentre les futures infrastructures d'exportation de charbon -- comme le port de Nacala (province de Nampula) -- ou les projets d'usines de liquéfaction de gaz naturel, à Pemba (province de Cabo-Delgado).

Par ailleurs, l'épidémie de choléra qui affecte la région depuis quelques semaines, conséquence des inondations, a fait 47 morts sur près de 5.500 cas recensés, d'après les derniers chiffres communiqués mardi par le porte-parole du gouvernement.

Les autorités sanitaires de la province de Nampula ont également enregistré 45 cas suspects de dengue, ont rapporté les médias locaux. « Nous faisons actuellement des tests approfondis et nous confirmerons ou non l'épidémie dans les prochains jours », a déclaré à l'AFP Julio Mendes, chargé de communication au ministère de la Santé.

Le Mozambique est fréquemment touché par les inondations au moment de la saison des pluies, qui atteint son pic aux mois de janvier et de février, et s'accompagne souvent d'épidémies de choléra. 

Cette année, la province de Zambézie (centre) a été la plus touchée par le débordement du fleuve Licungo. A l'échelle du pays, près de 160 personnes ont trouvé la mort depuis janvier, ce qui fait de ces inondations les plus meurtrières depuis 2000.

AFP

Ses derniers articles: Dire au théâtre le génocide du Rwanda, le défi de Dorothée Munyaneza  La marine s'active au large de la Tunisie  Maroc: prison ferme dans l'affaire du poissonnier broyé dans une benne