mis à jour le

Libye: Mogherini exhorte les factions

La chef de la diplomatie de l'Union européenne Federica Mogherini a exhorté lundi les factions libyennes à faire des concessions pour conclure un accord de gouvernement dans les jours qui viennent, évoquant une "ultime chance" de règlement du conflit.

"Les dirigeants politiques libyens doivent faire tout leur possible pour trouver les compromis nécessaires, pour saisir cette ultime chance et se mettre d'accord sur un gouvernement transitoire d'union nationale", a affirmé Mme Mogherini devant le Conseil de sécurité. "Cela doit intervenir dans les jours et non dans les semaines qui viennent".

"Il faut remettre le pays sur pied et il reste peu de temps", a-t-elle ajouté en soulignant que "la crise s'aggrave", poussant des milliers de migrants à prendre la mer, et que le groupe Etat islamique "étend son influence".

"Un gouvernement d'union en Libye sera essentiel pour traiter ces problèmes et pour donner à tous les Libyens la sécurité et les conditions de vie décentes qu'ils méritent", a-t-elle estimé.

Mme Mogherini s'adressait pour la première fois au Conseil de sécurité dans ses fonctions de chef de la diplomatie européenne.

Une réunion de dialogue doit se tenir mardi à Alger entre des parties au conflit libyen, a indiqué dimanche le ministre algérien des Affaires étrangères qui s'est déclaré "raisonnablement optimiste".

La Mission d'appui de l'ONU en Libye (Manul), dirigée par Bernardino Leon, parraine également des discussions au Maroc. Samedi, au troisième jour de ces négociations, des représentants des deux Parlements rivaux ont pour la première fois échangé face à face, l'ONU parlant de "progrès importants". Les deux délégations libyennes doivent retourner cette semaine au Maroc.

Livrée aux milices, la Libye est dirigée par deux Parlements et deux gouvernements, l'un proche de milices islamistes et l'autre reconnu par la communauté internationale.

AFP

Ses derniers articles: Afrique: Caisse des dépôts et AFD créent un fonds de 500 millions d'euros  RDC: libération d'une journaliste après quatre jours de détention  Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie