mis à jour le

Côte d'Ivoire: 10 ans de prison requis contre l'ex-Première dame Simone Gbagbo

Le parquet général de Côte d'Ivoire a requis mardi dix ans de prison contre l'ex-Première dame Simone Gbagbo, accusée notamment de "participation à un mouvement insurrectionnel" durant la crise postélectorale de 2010-2011 qui a fait plus de 3.000 morts.

L'avocat général Simon Yabo Odi a également accusé Mme Gbagbo de "troubles à l'ordre public" et de "constitution de bandes armées".

"Simone Gbagbo a bel et bien participé à la constitution de bandes armées à Abobo", une commune d'Abidjan dont elle était députée, a affirmé M. Odi. "Ses hommes ont permis l'érection de barrages et participé à un mouvement insurrectionnel", a-t-il poursuivi.

L'ex-Première dame, entourée de ses avocats, s'est montrée impassible à l'énoncé des réquisitions. Lundi de la semaine dernière elle avait eu l'air très à l'aise lors de sa première audition après quatre années de silence public.

Confrontée à cinq témoins, dont deux ont affirmé l'avoir vu livrer des armes à des jeunes d'Abidjan, Simone Gbagbo avait calmement nié. "Je ne me reconnais pas dans les faits. Je ne connais pas ces personnes".

Parfois souriante, ironique ou cinglante, elle s'était aussi livrée à une diatribe enflammée contre la France et le régime ivoirien actuel.

Simone Gbagbo, 65 ans, surnommée "la Dame de fer" ivoirienne quand son mari Laurent était au pouvoir, a été autant respectée pour son parcours dans l'opposition que redoutée dans son rôle de "présidente" à poigne, souvent accusée d'être liée aux "escadrons de la mort" contre les partisans d'Alassane Ouattara, élu président fin 2010, qu'elle a toujours honni.

82 personnes sont jugées avec elle depuis fin décembre pour des faits regroupés sous le chef d'accusation d'"atteintes à la sûreté de l'Etat" commis durant la crise de 2010-2011.

Plus de 3.000 personnes sont mortes entre décembre 2010 et mai 2011 en raison du refus de l'ex-président Gbagbo de reconnaître la victoire à la présidentielle de son adversaire Alassane Ouattara.

Deux ans de prison ont par ailleurs été requis mardi contre Pascal Affi N'Guessan, le patron du parti pro-Gbagbo, pour qui les charges de "troubles à l'ordre public" ont été retenues.

Si une telle condamnation devait être suivie, elle serait couverte par la période de détention provisoire effectuée par M. N'Guessan, qui souhaite représenter le Front populaire ivoirien (FPI, opposition) à la présidentielle d'octobre.

L'avocat général a enfin demandé 5 ans d'emprisonnement pour Michel Gbagbo, le fils de l'ex-président Gbagbo, coupable selon le parquet d'"atteintes à l'ordre public" et "participation à un mouvement insurrectionnel".

AFP

Ses derniers articles: Cédéao: objectif de trois enfants maximum par femme d'ici 2030  Burundi: la ligue des jeunes du pouvoir défile dans Bujumbura  Angola: début officiel de la campagne pour les élections d'août 

Gbagbo

AFP

Côte d'Ivoire: Soro, ex-chef rebelle, "demande pardon"

Côte d'Ivoire: Soro, ex-chef rebelle, "demande pardon"

AFP

CPI: les juges doivent réexaminer la demande de libération de Laurent Gbagbo

CPI: les juges doivent réexaminer la demande de libération de Laurent Gbagbo

AFP

CPI: décision attendue sur une éventuelle libération de Laurent Gbagbo

CPI: décision attendue sur une éventuelle libération de Laurent Gbagbo

prison

AFP

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

AFP

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

AFP

Maroc: peines allant de 2 ans de prison

Maroc: peines allant de 2 ans de prison