SlateAfrique

mis à jour le

Cameroun - Paul Biya, «dépouillé» et réélu

Alors que sa réélection à la tête du Cameroun ne fait plus aucun doute, Paul Biya fait indirectement parler de lui dans la rubrique des faits divers. En effet, le quotidien camerounais Le Jour rapporte que, dans la semaine du 3 au 9 octobre, le palais présidentiel d’Ebolowa situé à 168 km de la capitale Yaoundé, a été cambriolé. La literie et des meubles ont été volés. Ce n'est pas un hasard. Pour mémoire, le Jour rappelle que cette résidence du chef de l'Etat à Ebolowa avait fait l'objet d'une réfection et de l'acquisition de nouveaux équipements, le tout pour un coût total estimé à plus d'un milliard de francs CFA, soit 1,5 million d'euros.

Mutations, un autre journal camerounais, précise qu’un écran plasma a également été dérobé. Mais aucune effraction n’a été commise pour pénétrer dans la demeure.

«Ce qui est curieux dans ce cambriolage, c'est qu’aucune serrure n'a été forcée, et que la résidence du chef de l'Etat à Ebolowa est gardée 24h sur 24 par les forces de sécurité», raconte une source.

Biya étant très rarement au Cameroun, les voleurs avaient peu de chances de tomber nez à nez avec le président, qui préfère résider en Suisse. Ils sont entrés dans la résidence grâce un double de clés. Les objets volés ont déjà été vendus à un recéleur équato-guinéen.

«Il serait donc peu probable qu'un simple bandit ait pu prendre un tel risque, surtout que toutes les clés sont détenues par le cabinet du chef de l'Etat», affirme une source du journal.

Une autre source des services du gouverneur de la région du Sud affirme qu’un haut responsable a été appréhendé:

«Jules Marcellin Ndjaga, le gouverneur de la région du Sud interpellé par le cabinet civil, a dit n'avoir jamais été en possession des clés de la résidence du chef de l'Etat à Ebolowa».

Ndjaga est actuellement en garde à vue avec ses complices à la Division générale de la Police judiciaire. Depuis quelques temps, la localité d'Ebolowa doit faire face à une série de vols. Dans la semaine du 10 au 16 octobre, un bâtiment admnistratif de l'éducation nationale à Ebolowa a été cambriolée. Dans un des bureaux, les malfaiteurs ont volé 200.000 francs CFA, soit 305 euros. 

Lu sur Le Jour, Mutations