mis à jour le

Tunisie: peine réduite en appel pour un blogueur accusé d'"atteinte

Le blogueur tunisien Yassine Ayari, accusé d'avoir porté "atteinte à l'armée" dans des textes publiés sur Facebook, a vu mardi sa peine réduite en appel à six mois de prison contre un an précédemment.

M. Ayari, 33 ans, avait été condamné dans un premier procès par contumace le 18 novembre à trois ans de prison pour avoir diffamé des officiers et cadres du ministère de la Défense, publié des rumeurs pouvant provoquer la confusion chez les unités militaires et accusé des responsables d'infractions financières et administratives sans présenter de preuves, selon ses avocats.

Interpellé en décembre à son arrivée de Paris puis transféré vers une prison près de Tunis, il avait fait opposition au jugement et avait vu sa peine réduite à un an en janvier.

La cour d'appel militaire a décidé mardi "de réduire sa peine à six mois", a annoncé la magistrate.

Des proches de Yassine Ayari ont aussitôt manifesté leur colère en scandant "A bas le juge de l'armée".

"Six mois, ça va être difficile. La justice n'a pas été juste et ne nous a pas rendu justice. L'affaire de Yassine est politique", a dénoncé la mère du jeune homme, Saïda Ayari. "Je ressens beaucoup d'amertume. Les jeunes de la révolution sont mis en prison pour satisfaire certaines personnes", a-t-elle dit à l'AFP sans plus de précisions.

Les avocats de M. Ayari vont se concerter avec lui pour décider s'il se pourvoit ou non en cassation, a dit à l'AFP l'un d'eux, Malek Ben Amor.

Le blogueur, un soutien de l'ex-président Moncef Marzouki, assure être victime du "changement de cartographie politique dans le pays" après la victoire à la fin 2014 du parti Nidaa Tounès aux législatives et de son chef Béji Caïd Essebsi à la présidentielle.

M. Ayari était un activiste sous le régime déchu du dictateur Zine El Abidine Ben Ali et a continué à être actif après la révolution. Il est le fils d'un colonel de l'armée tué en mai 2011 dans des affrontements avec un groupe de jihadistes.

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) avait demandé un transfert de son "procès vers des juridictions civiles, garantes de transparence et d'impartialité".

AFP

Ses derniers articles: La guerre du Biafra: une page douloureuse de l'histoire du Nigeria  Cinquantenaire de la guerre du Biafra entre frustration et espoir  Libération d'un Français enlevé début mars en RD Congo 

appel

AFP

Centrafrique: l'ONU lance un appel d'urgence

Centrafrique: l'ONU lance un appel d'urgence

AFP

RDC: un opposant condamné à 5 ans de prison

RDC: un opposant condamné à 5 ans de prison

Politique

En RDC, un appel à manifester contre le maintien au pouvoir de Kabila

En RDC, un appel à manifester contre le maintien au pouvoir de Kabila

blogueur

AFP

Nigeria: un blogueur spécialiste de Boko Haram entendu par les autorités

Nigeria: un blogueur spécialiste de Boko Haram entendu par les autorités

AFP

Tunisie: le blogueur Yassine Ayari est sorti de prison

Tunisie: le blogueur Yassine Ayari est sorti de prison

Internet

Libération conditionnelle pour le blogger tunisien Yassine Ayari

Libération conditionnelle pour le blogger tunisien Yassine Ayari

peine

AFP

Cameroun: peine de mort requise contre un journaliste de RFI

Cameroun: peine de mort requise contre un journaliste de RFI

AFP

CPI: prononcé d'une première peine contre le Congolais Bemba

CPI: prononcé d'une première peine contre le Congolais Bemba

AFP

Fleuron de la "nouvelle Ethiopie", le tramway d'Addis Abeba peine

Fleuron de la "nouvelle Ethiopie", le tramway d'Addis Abeba peine