mis à jour le

RDC: la CPI confirme l'acquittement d'un ancien milicien congolais

La Cour pénale internationale (CPI) a confirmé vendredi en appel l'acquittement du Congolais Mathieu Ngudjolo Chui, qui était accusé d'avoir dirigé une attaque contre un village de République démocratique du Congo en 2003 ayant fait plus de 200 morts.

"La chambre d'appel, à la majorité, confirme le jugement d'acquittement et rejette l'appel" du procureur, a déclaré à La Haye, où siège la cour, la juge Sanji Mmasenono Monageng, lors de la lecture de l'arrêt d'appel.

Mathieu Ngudjolo Chui, 44 ans, avait été acquitté en décembre 2012, faute de preuves. Les juges avaient alors estimé que les trois témoins clés de l'accusation n'étaient pas crédibles et que les preuves rassemblées par l'accusation ne permettaient pas d'établir sa culpabilité.

Les juges de la chambre d'appel ont estimé que leurs collègues de première instance avaient commis quelques erreurs lors du procès, en refusant au procureur l'accès à l'ensemble d'enregistrements de conversations de Mathieu Ngudjolo Chui au centre de détention.

Les juges auraient également dû permettre au témoin P250 d'expliquer ses incohérences suite à des soupçons d'intimidations, ont-ils estimé.

Mais ces décisions n'ont pas eu d'effet "substantiel" sur le jugement d'acquittement, a précisé Mme Mmasenono Monageng et ne sont donc pas suffisantes pour changer la décision de première instance.

Ancien dirigeant présumé du Front des nationalistes et intégrationnistes (FNI), une milice congolaise, Mathieu Ngudjolo était accusé d'avoir voulu "effacer totalement" la population du village de Bogoro, dans la région de l'Ituri.

Selon l'accusation, des combattants des ethnies Lendu et Ngiti du FNI, avec des hommes de la Force de résistance patriotique en Ituri (FRPI), une autre milice, avaient attaqué le village fin février 2003, tuant plus de 200 personnes.

Les affrontements inter-ethniques entre milices qui se disputaient les terres de cette région riche en ressources naturelles, dont l'or ou le pétrole, avaient débuté en 1999 et ont, selon l'accusation, "dévasté" la zone. Selon les ONG, ces violences ont fait plus de 60.000 morts.

 

 

AFP

Ses derniers articles: Maroc: fin de cavale pour le leader de la contestation dans le Rif  Le centre nucléaire de Kinshasa se meurt sous bonne garde  Côte d'Ivoire/mutinerie: un proche de Guillaume Soro de nouveau entendu 

congolais

AFP

RD Congo: sanctions de l'UE contre 8 responsables congolais et un ex-rebelle

RD Congo: sanctions de l'UE contre 8 responsables congolais et un ex-rebelle

AFP

Afrique du Sud: asile politique pour un pasteur congolais recherché par la RDC

Afrique du Sud: asile politique pour un pasteur congolais recherché par la RDC

AFP

CPI: premières réparations pour les victimes du Congolais Katanga

CPI: premières réparations pour les victimes du Congolais Katanga

CPI

AFP

Violences au Kasaï: la procureure de la CPI appelle au calme

Violences au Kasaï: la procureure de la CPI appelle au calme

AFP

Le retrait de l'Afrique du Sud de la CPI "inconstitutionnel"

Le retrait de l'Afrique du Sud de la CPI "inconstitutionnel"

AFP

Le Kenya va "réfléchir sérieusement"

Le Kenya va "réfléchir sérieusement"