mis à jour le

RDC: premières opérations contre les rebelles hutu rwandais dans l'est

L'armée congolaise a lancé mardi des opérations contre des rebelles hutu rwandais enracinés depuis vingt ans dans l'est de la République démocratique du Congo et accusés de graves crimes.

Annoncée depuis des semaines, cette opération s'annonce compliquée car elle est lancée sans le soutien de la force des Nations unies en RDC, la Monusco. De plus, la portée de l'offensive reste incertaine car la région où ont débuté les opérations n'est pas un fief reconnu des rebelles, selon un observateur militaire.

"Les opérations contre les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) ont commencé au Sud-Kivu tôt ce matin et vont durer aussi longtemps que ces gens vont résister", a déclaré à l'AFP un officier des Forces armées de la RDC (FARDC) sous le couvert de l'anonymat.

Cet officier et un haut responsable du Sud-Kivu ont précisé que l'armée agissait sans les Casques bleus.

"On va affronter les FDLR dans n'importe quelles conditions", a affirmé l'officier, soulignant que "tous les autres groupes armés réfractaires" à se rendre risqueront également de se voir attaqués par l'armée.

"On entend des détonations ici à Lemera, à une trentaine de kilomètres de Mulenge" (Sud-Kivu), a témoigné dans l'après-midi à l'AFP Innocent Ndaheba, responsable de la Société civile (qui regroupe des associations, des ONG et des syndicats) de la région, selon lequel les FARDC se déployaient "depuis deux jours".

Gode Mutama, un habitant de Mulenge, est inquiet. "On craint les dommages collatéraux de ces attaques. On vit à quelques kilomètres des opérations".

"On a pris des dispositions pour protéger la population", a pour sa part assuré l'officier.

Un observateur militaire s'interrogeait toutefois sur la zone des opérations  : "cette zone n'est pas une zone connue pour avoir des FDLR. Généralement, ils sont plus à l'ouest", a-t-il indiqué à l'AFP.

Un responsable de Lemera a cependant souligné que des FDLR se sont réfugiés récemment à Mulenge, ce qui pourrait expliquer l'attaque de l'armée.

Dans la province voisine du Nord-Kivu, où sévissent aussi les FDLR, aucune action n'a été signalée. "On attend les ordres de notre hiérarchie. Notre mise en place est déjà terminée", a indiqué à l'AFP un major.

 

- Doutes -

L'armée congolaise avait annoncé le 29 janvier qu'elle allait cibler les FDLR, dont des membres sont accusés de participation au génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda (800.000 morts selon l'ONU). Cette rébellion est en outre accusée d'exactions, telles que meurtres, viols, enrôlements d'enfants, pillages, en RDC où elle se livre à de lucratifs trafics de bois et d'or.

Les FDLR ne compteraient plus aujourd'hui que 1.500 à 2.000 combattants disséminés essentiellement dans les montagnes boisées du Nord et du Sud-Kivu, deux provinces frontalières du Rwanda déchirées par des conflits armés depuis plus de vingt ans.

La Monusco avait promis un soutien logistique, stratégique et opérationnel, mais elle l'a retiré parce que Kinshasa a refusé de changer deux généraux, Bruno Mandevu et Sikabwe Fall, chargés de piloter l'offensive alors qu'ils sont soupçonnés par l'ONU de graves violations des droits de l'Homme.

La communauté internationale avait laissé aux FDLR six mois, jusqu'au 2 janvier, pour déposer les armes et se rendre, mais à peine 300 combattants s'étaient rendus, dont aucun des chefs recherchés par la justice rwandaise et la Cour pénale internationale (CPI).

Les FDLR, qui n'ont plus lancé d'attaque d'envergure contre le Rwanda depuis le début des années 2000, avaient amorcé ce processus de reddition pour se consacrer à une lutte politique et en espérant l'ouverture d'un dialogue avec Kigali. Mais le pouvoir rwandais s'y refuse catégoriquement, estimant que les rebelles constituent toujours une menace pour lui ainsi que pour la région des Grands Lacs.

Des observateurs doutaient de la volonté réelle de Kinshasa de combattre les FDLR avec qui des officiers de l'armée entretiennent des liens étroits, selon des experts de l'ONU. Et en cas d'offensive, ils s'attendaient plus à un simulacre pour calmer les attentes de la communauté internationale.

Un diplomate occidental compte parmi les sceptiques. "Les FDLR constituent désormais plus un groupe économique dont les activités lucratives profitent à tout le monde. Hormis quelques dizaines de +hard-liners+ (de l'aile dure) poursuivis par la CPI, l'essentiel des FDLR est désormais trop bien implanté."

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: dialogue politique de la dernière chance en vue  Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone  Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement 

Hutu

AFP

RD Congo: 33 ex-rebelles hutu rapatriés au Rwanda depuis janvier

RD Congo: 33 ex-rebelles hutu rapatriés au Rwanda depuis janvier

AFP

RDC: 34 civils tués dans l'attaque d'un village hutu

RDC: 34 civils tués dans l'attaque d'un village hutu

AFP

Kigali accuse les rebelles hutu des FDLR d'avoir attaqué un poste de police rwandais

Kigali accuse les rebelles hutu des FDLR d'avoir attaqué un poste de police rwandais

rebelles

AFP

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

AFP

Nigeria: des rebelles revendiquent une attaque contre un oléoduc

Nigeria: des rebelles revendiquent une attaque contre un oléoduc

AFP

RD Congo: dix morts dans des combats entre l'armée et de présumés rebelles ougandais

RD Congo: dix morts dans des combats entre l'armée et de présumés rebelles ougandais

Rwandais

AFP

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

AFP

Attentat contre le président rwandais Habyarimana: l'enquête relancée en France

Attentat contre le président rwandais Habyarimana: l'enquête relancée en France

AFP

Est de la RDC: arrestation d'un proche du chef des rebelles rwandais

Est de la RDC: arrestation d'un proche du chef des rebelles rwandais