mis à jour le

Soudan du Sud: intenses combats

D'intenses combats continuaient d'opposer mercredi, pour le troisième jour consécutif, forces gouvernementales et rebelles dans le nord-est du Soudan du Sud, selon le ministère sud-soudanais de la Défense, à la veille d'une reprise prévue d'interminables pourparlers de paix.

D'intenses bombardements étaient signalés dans diverses zones de l'État pétrolifère du Haut-Nil, notamment autour des zones de Renk et Melut.

M. Manyang a indiqué que le petit village de Kaka, près de Melut, était "soumis à un intense bombardement d'artillerie lourde", estimant que 80 soldats sud-soudanais avaient été blessés et 50 portés disparu.

Six soldats ont été déclarés tués, mais l'étendue exacte des pertes ne sera connue qu'après la fin des combats, a-t-il expliqué.

L'organisation intergouvernementale est-africaine Igad, médiatrice des pourparlers de paix sud-soudanais ouverts depuis janvier 2014 à Addis Abeba, a donné jusqu'au 5 mars au président Salva Kiir et à M. Machar pour conclure un accord de paix final, mais de précédents ultimatums similaires ont été ignorés malgré des menaces de sanctions.

MM. Kiir et Machar ont signé plusieurs cessez-le-feu, systématiquement violés après leur conclusion.

Le ministre sud-soudanais de l'Information Michael Makuei a indiqué à l'AFP que le gouvernement prévoyait toujours, malgré les combats, de se rendre à Addis Abeba pour la reprise jeudi des pourparlers.

Les combats au Soudan du Sud ont éclaté le 15 décembre 2013 au sein de l'armée sud-soudanaise minée par les divisions politico-ethniques, alimentées par la rivalité à la tête du régime entre MM. Kiir et Macha, issus des deux principaux peuples du pays, les Dinka et les Nuer.

Plusieurs milices tribales ou groupes armés épaulent l'un ou l'autre camp et échappent pour partie au contrôle des deux dirigeants. Les affrontements, accompagnés de massacres et atrocités à caractère ethnique, ont plongé le plus jeune pays du monde dans une grave crise humanitaire et l'ont conduit au bord de la famine.

Le pays, l'un des plus pauvres du monde malgré ses richesses pétrolières, a proclamé son indépendance en juillet 2011, à l'issue d'un des plus longs et sanglants conflits d'Afrique (1983-2005, deux millions de morts) contre le régime de Khartoum qui l'ont laissé exsangue.

Aucun bilan officiel du conflit n'est disponible, mais le groupe de réflexion ICG estime qu'au moins 50.000 personnes ont été tuées. L'ONU estime que 2,5 millions de personnes, sur les 10 millions d'habitants ont besoin d'une aide urgente.

AFP

Ses derniers articles: Soudan: trois morts au Darfour où le président Béchir est en visite  Dans Bangui, un foyer donne "un peu d'amour" aux gamines des rues  Kenya: pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections (procureur général) 

combats

AFP

RDC: cinq morts dans des combats entre soldats et miliciens

RDC: cinq morts dans des combats entre soldats et miliciens

AFP

RDC: deux officiers tués dans des combats contre des rebelles ougandais

RDC: deux officiers tués dans des combats contre des rebelles ougandais

AFP

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats

paix

AFP

RDC: Kabila au Kasaï pour un forum pour la paix

RDC: Kabila au Kasaï pour un forum pour la paix

AFP

RD Congo: recensement dans le Kasaï, fragile espoir de paix et d'élections

RD Congo: recensement dans le Kasaï, fragile espoir de paix et d'élections

AFP

Mozambique: le chef de l'opposition prêt

Mozambique: le chef de l'opposition prêt

Soudan

AFP

Soudan du Sud: au moins 25 morts dans un affrontement armé

Soudan du Sud: au moins 25 morts dans un affrontement armé

AFP

Soudan du Sud: un chauffeur de la Croix-Rouge tué dans une embuscade

Soudan du Sud: un chauffeur de la Croix-Rouge tué dans une embuscade

AFP

Le Soudan gracie un défenseur des droits de l'Homme jugé pour espionnage

Le Soudan gracie un défenseur des droits de l'Homme jugé pour espionnage