mis à jour le

Lutte contre l'EI: Sissi se pose en allié central des Occidentaux

En frappant le groupe Etat islamique chez son voisin libyen, le président égyptien Fattah al-Sissi se pose en allié des Occidentaux dans la lutte contre les jihadistes, éclipsant l'implacable répression qu'il mène dans son pays, estiment des experts.

M. Sissi a frappé les esprits en envoyant ses avions de combat bombarder les positions de la branche libyenne de l'EI quelques heures seulement après l'annonce de la décapitation de 21 Egyptiens chrétiens.

Avec cette réaction rapide, "la stature de M. Sissi va certainement changer de dimension en Occident", prévoit Moustafa Kamel al-Sayyid, professeur de sciences politiques à l'université du Caire.

D'ailleurs, le "raïs" s'est placé mardi en première ligne du "combat contre le terrorisme" en demandant au Conseil de sécurité de l'ONU d'adopter une résolution pour mandater une intervention militaire internationale en Libye. "Il n'y a pas d'autre choix", sinon ce pays va se transformer en "terreau" du terrorisme et menacer, outre son pays, "le bassin méditerranéen et l'Europe", a-t-il prédit.  

"L'Egypte et Sissi apparaissent désormais comme des alliés-clés de l'Occident dans la lutte contre l'EI", souligne Zack Gold, un expert de l'Institut pour les études de la sûreté nationale, basé à Tel-Aviv.

Après avoir boudé un temps Sissi qui avait destitué en juillet 2013 le président islamiste Mohamed Morsi, élu démocratiquement, et réprimé les manifestations de ses partisans, les capitales occidentales ont été forcées d'admettre qu'elles ne pouvaient pas isoler le plus peuplé et le mieux armé des pays arabes au moment où l'EI gagnait du terrain dans la région.

Washington, principal bailleur de fond, a repris début 2014 son aide financière essentiellement destinée à l'armée. Et la France et l'Italie, entre autres, ont reçu en grande pompe celui que les organisation internationale de défense des droits de l'Homme considèrent désormais comme le chef d'un des régimes les plus répressifs au monde.

Lundi, en vendant à l'Egypte ses premiers avions de combat Rafale à l'exportation, la France a clairement assumé cette "realpolitik", le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian estimant que M. Sissi avait été "élu démocratiquement". Le maréchal à la retraite a en effet remporté haut la main la présidentielle de mai 2014, mais en ayant au préalable éliminé de la scène politique toute opposition, islamiste puis laïque et libérale.

    

- Washington mieux disposé -

 

Mais l'intervention en Libye ouvre un nouveau front pour l'armée égyptienne, qui peine déjà à contrer sur son territoire des jihadistes affiliés à l'EI menant des attentats spectaculaires contre les forces de l'ordre, en représailles, selon eux, à la sanglante répression visant les partisans de M. Morsi.

Pour les experts, la campagne libyenne permet à M. Sissi d'éclipser, voire de justifier, cette répression qui a entraîné la mort de plus de 1.400 manifestants islamistes et la détention d'au moins 15.000 partisans de M. Morsi.

"Les critiques sur son bilan en matière des droits de l'Homme et des libertés civiles risquent d'être mises de côté", avance H. A. Hellyer, de la Brookings Institution, un think-tank basé à Washington.

Le gouvernement Sissi considère les Frères musulmans comme une "organisation terroriste", les accusant d'être derrière les attentats qui déciment les forces de l'ordre. Or ces derniers sont revendiqués par les jihadistes d'Ansar Beït al-Maqdess, affiliés à l'EI, et condamnés par les Frères musulmans qui avaient remporté toutes les élections depuis la chute de Hosni Moubarak en 2011.

"Même s'il a diversifié ses alliés en prenant contact avec la Russie, la Chine et la France, l'opération en Libye va aider à lever définitivement les sanctions américaines imposées à l'Egypte avec l'interruption de l'aide militaire," précise H. A. Hellyer.

Car "les Etats-Unis seront désormais plus disposés à accepter la position de l'Egypte selon laquelle sa transition (démocratique) sera lente," précise M. Gold.

 

AFP

Ses derniers articles: Egypte: le boss du club de Zamalek, un parfum de dynamite  Guinée: retour au calme, le parquet demande l'arrêt de la grève  Macron qualifie de "crime contre l'Humanité" les faits d'esclavage en Libye 

lutte

AFP

Lutte contre Boko Haram: les Etats-Unis demandent au Nigeria plus de "transparence"

Lutte contre Boko Haram: les Etats-Unis demandent au Nigeria plus de "transparence"

AFP

Au Malawi, l'armée britannique en renfort de la lutte contre le braconnage

Au Malawi, l'armée britannique en renfort de la lutte contre le braconnage

AFP

Nigeria: un nouveau scandale éclabousse la lutte anti-corruption du président Buhari

Nigeria: un nouveau scandale éclabousse la lutte anti-corruption du président Buhari

Occidentaux

AFP

Burkina: "attaque terroriste" sur un hôtel fréquenté par des Occidentaux

Burkina: "attaque terroriste" sur un hôtel fréquenté par des Occidentaux

AFP

Burundi: face

Burundi: face

AFP

Pour le président zimbabwéen Mugabe, les Occidentaux "déchirent le monde arabe

Pour le président zimbabwéen Mugabe, les Occidentaux "déchirent le monde arabe

Sissi

AFP

Face au pape copte, Sissi promet de traquer les responsables des attentats

Face au pape copte, Sissi promet de traquer les responsables des attentats

AFP

Egypte: le Parlement approuve l'état d'urgence décrété par Sissi

Egypte: le Parlement approuve l'état d'urgence décrété par Sissi

AFP

Trump loue le "travail fantastique" du président Sissi en Egypte

Trump loue le "travail fantastique" du président Sissi en Egypte