mis à jour le

Hommage

"La bougie qui a éclairé le chemin des femmes est morte, s'est éteinte", lance Nadjet, venue comme de nombreuses Algériennes se recueillir devant la dépouille de la romancière Assia Djebar.

A l'arrivée du cercueil drapé de l'emblème national et porté par des agents de la protection civile, les youyous des femmes, présentes en force, fusent dans le Palais de la culture à Alger qui abrite également le ministère de la Culture.

"Nos vies ont été marquées par ses livres, son combat", lance une autre lectrice, tandis que ses compagnes acquiescent. 

Assia Djebar, figure majeure de la littérature maghrébine d'expression française, décédée vendredi à Paris à l'âge de 78 ans, prônait l'émancipation des musulmanes et le dialogue des cultures.

Auprès de sa dépouille, sa famille reçoit avec dignité les hommages de personnalités mais surtout d'anonymes pleurant en silence la perte "d'un monument", "leur monument".

Dans la salle, les femmes sont largement majoritaires, très peu portent le voile, et la moyenne d'âge tourne autour de la cinquantaine. Elles disent avoir été marquées par le talent et le combat de cette femme hors du commun, auteur prolifique et cinéaste.

"Elle m'a appris à me réconcilier avec moi-même et ma berbérité", souligne Dawia, une directrice d'école, rappelant qu'elle a "fait énormément de choses pour l'oralité".

Dans un coin, des femmes retiennent leurs larmes, certaines en colère que cette grande dame n'ait pas eu un hommage national à la hauteur de sa vie, de son oeuvre.

 

- "Femmes accomplies" -

 

Née le 30 juin 1936 à Cherchell, à 100 km à l'ouest d'Alger, dans une famille de la petite bourgeoisie traditionnelle, Fatima Zohra Imalayène publie à 21 ans son premier roman, "La soif". Comme nom de plume, elle choisit Assia  Djebar.

Première femme musulmane admise à l'Ecole normale supérieure de Paris (1955), après une khâgne au lycée Fénelon, elle est aussi la première personnalité du Maghreb élue à l'Académie française (2005), après l'avoir été à l'Académie royale de Belgique, en 1999.

Souad, la quarantaine, cheveux noirs et yeux très verts, raconte comment elle a découvert l'auteur lorsqu'à dix ans son père lui a offert un exemplaire du livre  "Les alouettes naïves" avec comme couverture une reproduction d'un tableau de Delacroix.

"J'ai montré une femme du tableau à mon père, raconte Souad, en lui disant: +je veux être comme elle+, il a pris ma main et m'a dit: +ce n'est pas elle qui est importante, c'est celle qui a écrit+".

"Deux ans plus tard, j'ai lu ce livre, puis les autres, mais mon préféré est +Nulle part dans la maison de mon père+", un récit autobiographique paru en 2007, souligne cette lectrice.

Une autre se souvient avoir entendu Mme Djebar dire à la radio que les femmes qui avaient été accompagnées à l'école par leur père étaient des femmes accomplies. "Elle avait raison", assène-t-elle, soulignant avoir elle-même réussi avec le soutien de son père.

"Assia Djebar faisait partie des Immortels (en tant que membre de l'Académie française, NDLR), faisons en sorte qu'elle le reste", lance Souad.

"Le meilleur hommage que l'on puisse lui rendre est de lire ses livres et d'enseigner son oeuvre dans les manuels scolaires algériens," renchérit Hassina, belle brune, ingénieur en travaux public. 

Assia Djebar doit être enterrée vendredi à 9H00 GMT dans sa ville natale, Cherchell, où sa dépouille a été transféré à l'issue de l'hommage algérois.

AFP

Ses derniers articles: CAN: "pas de grandes chances" de qualification, reconnaît le sélectionneur de l'Algérie  CAN: la Tunisie en son bunker, Khazri attend son heure  Tunisie: le syndicat UGTT en congrès pour renouveler sa direction 

hommage

AFP

Des réfugiés burundais rendent hommage aux victimes de décembre 2015

Des réfugiés burundais rendent hommage aux victimes de décembre 2015

AFP

France-Côte d'Ivoire: minute de silence en hommage

France-Côte d'Ivoire: minute de silence en hommage

AFP

Sénégal: hommage unanime

Sénégal: hommage unanime