mis à jour le

Afrique du Sud: le président au parlement interrompu par l'opposition

Le discours annuel du président sud-africain Jacob Zuma au parlement a été interrompu jeudi par l'opposition de gauche radicale, qui exigeait qu'il s'exprime sur le scandale de la rénovation de sa résidence privée aux frais du contribuable.

Les députés des EFF (Combattants de la Liberté Economique), menés par le tribun populiste Julius Malema, ont commencé à provoquer un chahut, et ont été évacués par le service d'ordre à la demande de la présidente du parlement.

Peu après, les députés du principal parti d'opposition, l'Alliance Démocratique, ont quitté l'hémicyle en signe de protestation contre l'intrusion des forces de police dans le parlement.

Après avoir laissé parler M. Zuma quelques instants, les députés des EFF ont commencé à prendre la parole un à un pour demander au président de rembourser l'argent public dépensé pour la rénovation de sa résidence personnelle.

Le président a finalement commencé son discours avec plus d'une heure de retard, devant les seuls députés de l'ANC. L'ensemble des incidents a été retransmis en direct par les chaînes de télévision. 

Comme ils l'avaient annoncé, les députés de Malema ont vainement interrogé le chef de l'Etat sur l'affaire dite "Nkandlagate", la rénovation de la résidence privée du président aux frais du contribuable pour un montant d'environ 19 millions d'euros.

Ce scandale avait déjà provoqué une échauffourée au parlement en août 2014, lorsque les députés EFF avaient pris à partie le président pendant une séance de questions, en scandant: "Rembourse l'argent - rembourse l'argent!". La séance avait été ajournée, et la police avait dû ensuite intervenir pour mettre un terme à quelques échanges virils dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

Plusieurs députés EFF ont été sanctionnés, suspendus sans indemnités pendant 30 jours.

Depuis, le chef de l'État n'avait plus reparu au parlement. Mais son discours annuel sur l'état de la Nation est un passage obligé de la vie politique sud-africaine, particulièrement attendu cette année, en raison des difficultés économiques et sociales que traverse le pays.

L'EFF est une formation de gauche radicale qui prône la nationalisation des mines et l'expropriation sans compensation des grands propriétaires terriens blancs. Elle a été fondée par Julius Malema après son expulsion de l'ANC, le parti au pouvoir, en 2013.

 

AFP

Ses derniers articles: De plus en plus d'enfants utilisés comme "bombes humaines" au Nigeria, selon l'Unicef  Guinée: au moins 8 morts dans l'éboulement d'une décharge après de fortes pluies  Sierra Leone: l'école engloutie des faubourgs de Freetown 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: la justice autorise des enchères de cornes de rhinocéros

Afrique du Sud: la justice autorise des enchères de cornes de rhinocéros

AFP

Grace Mugabe, soupçonnée d'agression en Afrique du Sud, est rentrée au Zimbabwe

Grace Mugabe, soupçonnée d'agression en Afrique du Sud, est rentrée au Zimbabwe

AFP

Zimbabwe: retour du vice-président soigné en Afrique du Sud

Zimbabwe: retour du vice-président soigné en Afrique du Sud

parlement

AFP

Afrique du Sud: le parlement se prononce sur la motion de défiance contre Zuma

Afrique du Sud: le parlement se prononce sur la motion de défiance contre Zuma

AFP

Congo : un nouveau Parlement construit pas les Chinois

Congo : un nouveau Parlement construit pas les Chinois

AFP

Tunisie: un important projet de loi bientôt au Parlement

Tunisie: un important projet de loi bientôt au Parlement

président

AFP

De retour au Nigeria, le président Buhari reprend en main la sécurité du pays

De retour au Nigeria, le président Buhari reprend en main la sécurité du pays

AFP

Nigeria: le président Buhari "heureux" d'être de retour

Nigeria: le président Buhari "heureux" d'être de retour

AFP

Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant de l'Angola

Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant de l'Angola