mis à jour le

Niger: nouvelle explosion sur un marché de Diffa, des victimes

Une explosion s'est produite lundi dans un marché de Diffa, ville du sud-est du Niger frontalière avec le Nigeria, faisant des victimes, selon des sources humanitaires et des habitants.

Les islamistes nigérians de Boko Haram ont mené trois attaques contre Diffa depuis quatre jours, dont la dernière en date lundi matin, et le marché visé a déjà été la cible d'une explosion meurtrière dimanche. 

"Tout a sauté. J'ai vu des corps partout", a raconté un commerçant, interrogé par téléphone par l'AFP.

"Il y a des morts et des blessés", a déclaré un journaliste local, pour qui la bombe a explosé "dans le même marché" que dimanche.

"Ca s'est passé à peu près à 150 mètres de l'endroit où ça a explosé hier", a déclaré une source humanitaire, ce qu'a confirmé un autre travailleur de ce secteur.

Aucun bilan officiel n'a été communiqué dans l'immédiat.

L'explosion de dimanche a fait un mort et 20 blessés, de source hospitalière. Elle est due à un obus tombé sur Diffa, selon le ministre nigérien de l'Intérieur Mahamadou Karidjo. Mais un responsable de la mairie avait estimé qu'il s'agissait d'un attentat-suicide menée par une femme kamikaze.

Boko Haram a mené un assaut contre la prison de Diffa dans la nuit. Selon plusieurs sources humanitaires, l'aéroport et un dépôt de carburant ont également été visés.

Selon une source humanitaire et un journaliste, les combattants islamistes ont été repoussés après huit heures de combat, de minuit à 8H00 locale (23H00 GMT dimanche à 7H00 GMT).

Massés du côté nigérian de la Komadougou Yobé, la rivière séparant le Niger et le Nigeria, les combattants de Boko Haram menaçaient depuis des mois le Niger, pays pauvre du Sahel.

Depuis l'annonce, vendredi, d'un vote ce lundi au Parlement nigérien sur l'engagement de troupes au Nigeria pour lutter contre Boko Haram, trois attaques des islamistes ont été recensées en quatre jours.

"Ca part dans tous les sens. On savait qu'ils avaient des cellules dormantes, qui étaient là, depuis un moment. Ils ont appuyé sur un bouton pour les réveiller", a commenté un humanitaire.

"Il y a désormais trois jours d'attente pour monter dans un bus qui quitte Diffa. Les gens font la queue pour s'en aller", a observé un autre travailleur de ce secteur. 

 

AFP

Ses derniers articles: Algérie: un ministre limogé trois jours après son nomination  La guerre du Biafra: une page douloureuse de l'histoire du Nigeria  Cinquantenaire de la guerre du Biafra entre frustration et espoir 

explosion

AFP

Somalie: au moins sept morts dans une explosion

Somalie: au moins sept morts dans une explosion

AFP

Somalie: au moins cinq morts dans une explosion

Somalie: au moins cinq morts dans une explosion

AFP

CAN 2017: explosion de joie au Cameroun

CAN 2017: explosion de joie au Cameroun

marche

AFP

Burkina: Marche silencieuse après l’agression d’une artiste par une foule

Burkina: Marche silencieuse après l’agression d’une artiste par une foule

AFP

Côte d'Ivoire: démolition d'un marché de faux médicaments

Côte d'Ivoire: démolition d'un marché de faux médicaments

AFP

Sénégal: marche contre les menaces sur la liberté de la presse

Sénégal: marche contre les menaces sur la liberté de la presse

nouvelle

AFP

La Nouvelle Jérusalem congolaise fête le "vrai Noël", en mai

La Nouvelle Jérusalem congolaise fête le "vrai Noël", en mai

AFP

RDC: nouvelle évasion, plusieurs dizaines de détenus s'échappent

RDC: nouvelle évasion, plusieurs dizaines de détenus s'échappent

AFP

Macron au Mali pour donner une nouvelle dimension

Macron au Mali pour donner une nouvelle dimension