mis à jour le

Tunisie: le nouveau gouvernement entre en fonction

Le nouveau gouvernement de coalition tunisien, qui rassemble notamment le premier parti du pays Nidaa Tounès et ses rivaux islamistes d'Ennahda, est entré en fonction vendredi, plus de trois mois après les élections.

Le nouveau chef du gouvernement Habib Essid et ses ministres ont prêté serment devant le président Béji Caïd Essebsi, jurant un à un de "respecter la Constitution et les lois" de la Tunisie et de "veiller à ses intérêts".

Une cérémonie officielle de passation du pouvoir entre M. Essid et le Premier ministre sortant Mehdi Jomaa a eu lieu dans la foulée.

M. Jomaa s'est dit "fier" que les élections législatives et présidentielle se soient déroulées sans accroc et de ce passage "du provisoire au stable" malgré les difficultés, en citant notamment la situation sécuritaire avec l'essor des violences jihadistes.

"Le danger existe toujours (...). Nous sommes en confrontation constante avec le terrorisme (...) mais quiconque essaye d'attaquer l'Etat doit savoir que quelqu'un va lui faire face", a-t-il lancé.

M. Essid s'est de son côté de nouveau engagé à ½uvrer à "ancrer la démocratisation" et à lutter contre le chômage et les inégalités entre les régions.

"Les solutions traditionnelles et les calmants ne suffisent plus", a-t-il dit, alors que le chômage et la misère, qui avaient largement motivé la révolution de 2011, restent un fléau.

Le président de la République tout comme MM. Essid et Jomaa ont aussi rendu hommage à l'homme politique Chokri Belaïd, assassiné il y a deux ans jour pour jour. L'avocat était un farouche opposant aux islamistes, notamment ceux d'Ennahda, alors au pouvoir.

Le nouveau Premier ministre a promis de "déployer tous ses efforts pour lever le voile sur les circonstances de ce lâche assassinat" revendiqué par des jihadistes.

Le nouveau gouvernement, une large coalition dont la composition initiale avait dû être modifiée par M. Essid face aux critiques, a obtenu jeudi la confiance du Parlement. 

Il est dominé par Nidaa Tounès, vainqueur des législatives de fin octobre et parti du président Caïd Essebsi, qui obtient six portefeuilles dont celui des Affaires étrangères.

Ennahda, dont la participation a provoqué des remous au sein de Nidaa Tounès -un parti justement créé pour faire contrepoids aux islamistes- a de son côté obtenu le portefeuille de l'Emploi et trois secrétariats d'Etat.

Les ministères de l'Intérieur, de la Défense et de la Justice ont pour leur part été confiés à des indépendants.

 

AFP

Ses derniers articles: Champs pétroliers: le Ghana n'a pas violé les droits ivoiriens  Congo: mission du FMI  Libye: les kadhafistes peuvent être inclus dans le processus politique 

gouvernement

AFP

Guinée: le gouvernement déplore les violences de Boké

Guinée: le gouvernement déplore les violences de Boké

AFP

Centrafrique: le retour surprise des groupes armés au gouvernement

Centrafrique: le retour surprise des groupes armés au gouvernement

AFP

Tunisie: le président Essebsi accentue sa mainmise sur le gouvernement

Tunisie: le président Essebsi accentue sa mainmise sur le gouvernement

nouveau

AFP

Afrique du Sud: l'ex-épouse de Zuma de nouveau députée avant de briguer la tête de l'ANC

Afrique du Sud: l'ex-épouse de Zuma de nouveau députée avant de briguer la tête de l'ANC

AFP

La faim progresse de nouveau dans le monde, selon l'ONU

La faim progresse de nouveau dans le monde, selon l'ONU

AFP

Le Zimbabwe de nouveau autosuffisant sur le plan alimentaire, selon Mugabe

Le Zimbabwe de nouveau autosuffisant sur le plan alimentaire, selon Mugabe