mis à jour le

RDC: l'armée combat les rebelles ougandais accusés de massacres dans l'Est

L'armée de la République démocratique du Congo (RDC) affrontait vendredi dans l'est du pays des rebelles musulmans ougandais accusés d'avoir massacré des centaines de personnes depuis octobre dernier, ont indiqué vendredi des sources officielles.

"Jusqu'à présent, les FARDC (forces armées de RDC) continuent à poursuivre les assaillants", soupçonnés d'avoir encore sévi dans la nuit de mardi à mercredi, "donc les affrontements continuent", selon le gouverneur de la province du Nord-Kivu (est), Julien Paluku, en déplacement dans la ville de Beni, dans l'extrême-nord de la province.

Il a affirmé que les "assaillants" pourchassés "ne sont autres que les ADF", les rebelles musulmans ougandais des Forces démocratiques alliées, "qui insécurisent la population" du territoire de Beni.

Le colonel Dieudonné Muhima, commandant en second des opérations contre les rebelles ougandais, a confirmé la traque des ADF.

"Nous sommes à la poursuite de l'ennemi dans les profondeurs de Mayangose, là où il y a eu le carnage. Jusque-là, il y a quatre capturés et deux rendus. Au moment où je vous parle, les affrontements se poursuivent", a-t-il déclaré à l'AFP.

Dans la nuit de mardi à mercredi, une attaque meurtrière des rebelles avait ciblé un quartier périphérique de la ville de Beni. Le gouverneur a indiqué vendredi que 21 personnes avaient péri dans ce massacre, alors qu'un officier supérieur sur place évoquait mercredi 23 tués.

Le gouverneur a précisé que "les FARDC ont pu libérer 17 personnes" capturées durant l'attaque.

Selon plusieurs sources, les victimes ont été tuées à l'arme blanche, comme la plupart de celles massacrées fin 2014 dans le territoire de Beni.

D'octobre à décembre, ce territoire a été le théâtre de tueries imputées aux ADF, opposés au président ougandais Yoweri Museveni et présents en RDC depuis 1995. Ces attaques ont été essentiellement perpétrées à l'arme blanche (machettes, haches, houes), coûtant la vie à plus de 260 civils.

Le massacre de cette semaine est le premier signalé depuis l'annonce, le 13 décembre, de la reprise d'une offensive conjointe de l'armée congolaise et de la Mission de l'ONU (Monusco) contre les rebelles de l'ADF.

Cette offensive a contribué à ramener le calme et le couvre-feu imposé chaque soir dans la ville de Beni a été levé le 23 janvier. Cependant, selon l'ONU, 30 personnes ont été tuées fin décembre par de présumés ADF dans une région de la Province-Orientale limitrophe du territoire de Beni.

AFP

Ses derniers articles: Le village natal de Mugabe en deuil de l'enfant du pays  Le monde compte plus de 40 millions d'esclaves  Niger: trois militants innocentés après une manifestation violente 

combat

AFP

Pour la pierre, contre le ciment: le combat de l'architecte marocaine Salima Naji

Pour la pierre, contre le ciment: le combat de l'architecte marocaine Salima Naji

AFP

Le combat sans fin pour arracher les enfants du Sénégal

Le combat sans fin pour arracher les enfants du Sénégal

AFP

"A United Kingdom": un film sur le combat oublié du roi du Botswana

"A United Kingdom": un film sur le combat oublié du roi du Botswana

l'armée

AFP

Au Zimbabwe, l'armée a fait fuir Mugabe... et les policiers corrompus

Au Zimbabwe, l'armée a fait fuir Mugabe... et les policiers corrompus

AFP

Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel

Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel

AFP

Génocide au Rwanda: les rescapés de Bisesero redoutent un non-lieu pour l'armée française

Génocide au Rwanda: les rescapés de Bisesero redoutent un non-lieu pour l'armée française

massacres

AFP

RDC: lourdes peines pour des militaires accusés de massacres au Kasaï (avocat défense)

RDC: lourdes peines pour des militaires accusés de massacres au Kasaï (avocat défense)

AFP

Noël sanglant en RDC: 22 civils massacrés au Nord-Kivu

Noël sanglant en RDC: 22 civils massacrés au Nord-Kivu

AFP

RDC: derrière les massacres de Beni, "des mains politiques"

RDC: derrière les massacres de Beni, "des mains politiques"