mis à jour le

RDC: marche pacifique le 16 février pour la libération d'un défenseur des droits de l'Homme

Une vingtaine d'associations a appelé à manifester pacifiquement le 16 février à Kinshasa pour obtenir la libération du défenseur des droits de l'Homme Christopher Ngoy, détenu par les services secrets.

"Nous avons prévu de marcher le 16 février (...) pour réclamer la libération de notre collègue enlevé et disparu", a déclaré vendredi Dolly Ibefo, directeur exécutif de la Voix des sans-voix (VSV), l'une des principales ONG de la République démocratique du Congo (RDC).

"Nous supposons qu'il n'y aura pas de répression car nous n'allons pas faire une marche violente mais une marche pacifique. Nous avons averti les autorités (...). Jusque-là, on n'a pas eu un avis défavorable", poursuit le militant.

Du 19 au 22 janvier, des manifestations avaient éclaté à Kinshasa pour dénoncer un projet de loi électorale qui aurait pu permettre au président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, de rester au pouvoir au-delà de la fin de son dernier mandat en 2016.

Violemment réprimées par les forces de l'ordre, les manifestations avaient rapidement viré à l'émeute et aux pillages, faisant entre 27 morts, selon le gouvernement, et une quarantaine, d'après des ONG.

Christopher Ngoy - président de l'ONG "Synergie Congo Culture et Développement" et coordonnateur de la plateforme "Société civile de la République Démocratique du Congo" (une fédération d'ONG) - avait été l'un des principaux fers de lance des manifestations.

Jeudi, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a expliqué qu'il avait été "interpellé" pour "incendie volontaire", "destruction méchante" (vandalisme) et "atteinte à la sûreté de l'Etat".

Selon Human Rights Watch, il a été arrêté le 21 janvier par des hommes "dont certains portant des uniformes de la police militaire" et est détenu au secret par l'Agence nationale de renseignements (ANR).

"Nous avons l'expérience très amère de Floribert Chebeya (...). Nous sommes très, très inquiets", a souligné M. Ibefo, faisant allusion à l'ancien directeur exécutif de la Voix des sans-voix, retrouvé mort en juin 2010 après s'être rendu chez le chef de la police de l'époque, le général John Numbi.

La date de la manifestation rappelle le 16 février 1992: une marche de chrétiens réclamant plus de démocratie avait alors été réprimée dans le sang par le régime de Mobutu Sese Seko (1965-1997). La marche vise aussi à se souvenir des "martyrs de la démocratie", a insisté M. Ibefo.

 

AFP

Ses derniers articles: Côte d'Ivoire/mutinerie: un proche de Guillaume Soro de nouveau entendu  RD Congo: sanctions de l'UE contre 8 responsables congolais et un ex-rebelle  Présidentielle au Rwanda: les candidats contrôlés sur les réseaux sociaux 

defenseur

AFP

Décès de l'anthropologue Malek Chebel, défenseur d'un "islam des Lumières"

Décès de l'anthropologue Malek Chebel, défenseur d'un "islam des Lumières"

AFP

Au Maroc, le rival des islamistes aux élections se pose en défenseur des femmes

Au Maroc, le rival des islamistes aux élections se pose en défenseur des femmes

AFP

Burundi: le défenseur des droits de l'Homme Mbonimpa quitte le pays pour des soins

Burundi: le défenseur des droits de l'Homme Mbonimpa quitte le pays pour des soins

droits

AFP

Le Kenya reconnu coupable d'avoir violé les droits de la minorité ogiek

Le Kenya reconnu coupable d'avoir violé les droits de la minorité ogiek

AFP

Kenya: le pouvoir "hostile" aux défenseurs des droits de l'homme

Kenya: le pouvoir "hostile" aux défenseurs des droits de l'homme

AFP

Burundi: la plus ancienne ligue des droits de l'homme "radiée"

Burundi: la plus ancienne ligue des droits de l'homme "radiée"

libération

AFP

Libération d'un Français enlevé début mars en RD Congo

Libération d'un Français enlevé début mars en RD Congo

AFP

Côte d'Ivoire: libération du porte-parole des "démobilisés"

Côte d'Ivoire: libération du porte-parole des "démobilisés"

AFP

En Libye, le chef du HCR appelle

En Libye, le chef du HCR appelle