mis à jour le

Sénégal: l'ex-président Wade "prêt

L'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, s'exprimant devant des milliers de personnes lors d'un meeting de l'opposition à Dakar, s'est dit "prêt à donner" sa "vie" pour empêcher une condamnation de son fils et ancien ministre Karim Wade, jugé pour enrichissement illicite, a constaté l'AFP.

Ce meeting organisé Place de l'Obélisque, dans un quartier populaire de Dakar près du centre-ville, était autorisé. Plusieurs manifestations de l'opposition avaient été interdites et dispersées fin janvier, provoquant des heurts avec les forces de l'ordre.

Karim Wade, jugé depuis juillet 2014 pour enrichissement illicite présumé, "ne sera pas condamné parce que je ne permettrai pas à ce tribunal, ce machin, de (le) juger. Je suis prêt à donner ma vie" pour l'empêcher, a déclaré l'ex-président Wade devant plusieurs milliers de personnes, selon un journaliste de l'AFP.

"Celui qui ne se bat pas lorsqu'on arrête son fils est un lâche. (Le président) Macky Sall n'a qu'à prendre les dossiers de la CREI (la Cour spéciale qui juge Karim Wade, NDLR), les amener devant les tribunaux ordinaires, et que des ministres comme Karim soient jugés par la Haute cour de justice", une juridiction spéciale chargée de juger les responsables, a dit M. Wade, 88 ans, qui a dirigé le Sénégal de 2000 à 2012.

Il a récusé le président de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI), "une juridiction d'exception" créée selon lui pour éliminer "des adversaires aux prochaines élections" présidentielles prévues en 2017, et "exigé" la libération des "otages".

"Tous ces gens n'ont rien fait", a-t-il martelé avant d'ajouter que les "interventions" de chefs d'État pour demander la libération de Karim Wade, probable candidat à la prochaine présidentielle, étaient "une chose normale".

M. Wade a récemment déclaré à la presse que les présidents de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara et du Congo, Denis Sassou Nguesso, étaient intervenus auprès de Macky Sall pour une libération de Karim Wade.

Outre Karim Wade, en détention préventive depuis avril 2013, plusieurs responsables du Parti démocratique sénégalais (PDS, ex-parti au pouvoir), dirigé par Abdoulaye Wade, et une dizaine de "complices" présumés de son fils, sont en prison ou jugés pour enrichissement illicite présumé.

Le meeting de mercredi était organisé par le Front patriotique pour la défense de la République (FPDR), une coalition de l'opposition dont la principale composante est le PDS.

La manifestation, encadrée par la police anti-émeutes, s'est déroulée sans incident.

 

AFP

Ses derniers articles: Les Algériens aux urnes pour des élections locales sans grands enjeux  Egypte: le boss du club de Zamalek, un parfum de dynamite  Guinée: retour au calme, le parquet demande l'arrêt de la grève 

Wade

AFP

Sénégal: l'ex-président Wade renonce

Sénégal: l'ex-président Wade renonce

AFP

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

AFP

Législatives/Sénégal: l'ex-président Wade rentre

Législatives/Sénégal: l'ex-président Wade rentre