mis à jour le

Nigeria: Maiduguri de nouveau cible d'une attaque des islamistes de Boko Haram

L'ancien fief de Boko Haram, Maiduguri, était de nouveau dimanche la cible d'une offensive du groupe islamiste qui tente de reprendre cette ville stratégique d'un million d'habitants du nord-est nigérian, deux semaines avant l'élection présidentielle.

Aux premières heures, de puissantes explosions et des échanges de tirs ont été entendus alors que des hommes de Boko Haram tentaient une percée dans Maiduguri par le sud, ont indiqué des témoins.

Quatre habitants, joints au téléphone par l'AFP, ont déclaré que l'attaque avait été lancée vers 03H00 locales (02H00 GMT), ajoutant que de violents combats étaient en cours au sud de la ville entre combattants islamistes et des troupes nigériannes appuyées par des milices privées, majoritairement composées d'habitants. 

Forces armées et milices ont affronté les assaillants de Boko Haram pendant plusieurs heures au cours de combats essentiellement concentrés vers 07H00 GMT à Mulai, à environ 3 km de Maiduguri, ont indiqué des habitants.

Cette attaque a cependant été repoussée et les combattants de Boko Haram ont ensuite attaqué à l'est de la ville, où des affrontements étaient en cours en fin de matinée, selon plusieurs témoins. 

"Toute la ville est (plongée) dans la peur (...) les gens ont peur de ce qui va se passer si Boko Haram défait les forces de sécurité", a déclaré l'un d'eux, Adam Krenuwa.

Le groupe islamiste a déjà tenté de prendre le contrôle de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno et berceau historique de l'insurrection, le 25 janvier, mais son attaque avait été repoussée par l'armée.

Le même jour, à environ 130 km au nord, Boko Haram s'était emparé de la ville de Monguno et d'une base militaire, provoquant un nouvel afflux de réfugiés à Maiduguri. Quelque 5.000 déplacés, femmes et enfants pour la plupart, sont arrivés lundi dans cette ville.

Plusieurs experts avaient récemment déclaré qu'ils redoutaient que Boko Haram, en raison du rythme effréné de ses gains territoriaux dans le nord-est du Nigeria, ne tente de nouveau de lancer une attaque sur Maiduguri avant l'élection présidentielle du 14 février.

La chute de Maiduguri aux mains des islamistes représenterait une énorme défaite pour les forces de sécurité, critiquées pour leur gestion depuis six ans de la crise née du soulèvement des islamistes. La prise de la ville risquerait également d'entraîner une catastrophe humanitaire.

Maiduguri, ville d'environ un million d'habitants, a vu sa population doubler ces derniers mois avec l'arrivée massive de centaines de milliers d'habitants de l'Etat de Borno, chassés de leurs villes et villages par les tueries.

"Les gens (de Mulai) fuient vers la ville (de Maiduguri)", a déclaré un habitant.

"Certains d'entre nous, selon un autre habitant, sont en train de prier dans les mosquées, en attendant de voir ce qui va se passer".

 

- Bastion de l'opposition -

 

Signe d'une récente prise de conscience internationale de la menace que représente Boko Haram pour les équilibres régionaux, à Addis Abeba, où se tenait samedi le sommet de l'Union africaine, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a soutenu l'idée d'une force régionale de l'Union africaine pour lutter contre les islamistes. Le même jour, l'aviation tchadienne lançait une offensive aérienne dans la ville nigériane de Gamboru, tenue par Boko Haram, à la frontière camerounaise. 

De lourdes menaces pèsent aussi sur la sécurité des élections du 14 février, Boko Haram tenant de vastes territoires de l'extrême nord-est. Des centaines de milliers d'habitants de la région se sont réfugiés dans les pays frontaliers, Tchad, Cameroun et Niger.

Le conseiller national à la sécurité du Nigeria, Sambo Dasuki, avait déclaré récemment que les élections devaient être reportées, expliquant notamment que 30 millions de cartes d'électeurs n'avaient toujours pas été distribuées. 

Mais le président de la Commission électorale nationale indépendante (INEC), Attahiru Jega, qui décide in fine de l'organisation des scrutins, a réaffirmé que le calendrier serait tenu.

 Le nord-est est considéré comme un bastion de l'opposition, et la crédibilité des élections pourrait être remise en question si des millions d'électeurs sont laissés pour compte.

Le principal parti d'opposition du Nigeria, le Congrès progressiste (APC), a rejeté toute idée de report du scrutin, estimant que toute décision pouvant aller dans ce sens ne serait qu'une stratégie du parti au pouvoir redoutant une défaite après 16 ans au pouvoir.

Et des observateurs internationaux ont déjà fait savoir qu'ils ne superviseraient pas les élections dans cette région en raison des violences.

L'élection du 14 février devrait être la plus disputée depuis le retour à un régime civil en 1999.

Les tensions se font encore plus palpables à l'approche de la présidentielle, qui verra s'affronter principalement le président sortant Goodluck Jonathan  et le candidat de l'APC (opposition) le nordiste musulman Muhammadu Buhari. Les législatives sont prévues le même jour, et les élections des gouverneurs des 36 Etats de la fédération le 28 février.

 

 

 

 

 

AFP

Ses derniers articles: Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie  Présidentielle au Ghana: ce qu'il faut savoir  Ghana: briguer la présidence de l'Etat, même en fauteuil roulant 

attaque

AFP

Attaque d'une prison au Mali: 2 gardes blessés, des dizaines d'évasions

Attaque d'une prison au Mali: 2 gardes blessés, des dizaines d'évasions

AFP

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Niger: cinq soldats tués et quatre disparus dans une attaque

Niger: cinq soldats tués et quatre disparus dans une attaque

haram

AFP

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

AFP

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump

AFP

Nigeria: l'armée libère une lycéenne de Chibok enlevée par Boko Haram

Nigeria: l'armée libère une lycéenne de Chibok enlevée par Boko Haram

islamistes

AFP

Maroc: les islamistes remportent les législatives

Maroc: les islamistes remportent les législatives

AFP

Nigéria: face

Nigéria: face

AFP

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab