mis à jour le

RFI inaudible

Le signal de Radio France Internationale (RFI) était brouillé lundi matin à Kinshasa, selon des journalistes de l'AFP et plusieurs témoins, alors que l'UDPS, le grand parti de l'opposition congolaise, appelait à manifester le jour même dans toutes les villes du Congo.

Un fort grésillement empêchait d'entendre les émissions de la radio, très écoutée en République démocratique du Congo, tant sur sa fréquence de Kinshasa que sur celle de Brazzaville, de l'autre côté du fleuve Congo. La radio française était en revanche captée normalement à Goma, à l'autre bout du pays.

Les autorités avaient coupé le signal de RFI mercredi sur toute l'étendue du territoire national, après deux jours de violences meurtrières à Kinshasa déclenchées par un projet de loi électorale alors étudié au Parlement. Une de ses dispositions ouvrait la voie à un report de la présidentielle de 2016 et donc à un maintien en fonctions du président Joseph Kabila au-delà du terme de son mandat.

M. Kabila est au pouvoir depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter à la prochaine présidentielle.

A l'AFP qui lui demandait si les autorités avaient de nouveau coupé le signal de la radio, le ministre des Médias et porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a répondu qu'il était "en voyage" et a renvoyé sur son collègue des Télécommunications, Thomas Luhaka, lequel a indiqué qu'il devait se renseigner.

Le camp du président congolais Joseph Kabila a joué l'apaisement dimanche en faisant adopter une nouvelle loi électorale expurgée de la disposition à l'origine de troubles ayant fait, selon les sources, 13 à 42 morts à Kinshasa et à Goma du 19 au 22 janvier.

Le nouveau texte soulève cependant des incertitudes pour l'avenir du processus électoral et plusieurs diplomates ou analystes avertissent que le retour au calme risque d'être de courte durée.

L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti du vieil opposant Étienne Tshisekedi, a appelé à occuper la rue "pacifiquement" à partir de lundi et jusqu'à ce que le président Kabila quitte le pouvoir.

La journée devrait constituer un test de la capacité de mobilisation de ce parti, profondément divisé par des querelles entre dirigeants ou sur l'attitude à adopter vis-à-vis du régime de M. Kabila. L'absence de services internet mobile, de messagerie SMS et des réseaux sociaux, toujours inaccessibles lundi pour le 7e jour consécutif dans le pays, devrait peser sur sa capacité à rassembler.

AFP

Ses derniers articles: Sierra Leone: l'école engloutie des faubourgs de Freetown  Angola: pour l'opposant Rafael Marques, les jours du régime sont comptés  Angola: le ras-le-bol des oubliés du système dos Santos 

Kinshasa

AFP

Kinshasa capte de nouveau RFI après neuf mois de coupure

Kinshasa capte de nouveau RFI après neuf mois de coupure

AFP

"Ville morte" en RD Congo: Kinshasa au ralenti

"Ville morte" en RD Congo: Kinshasa au ralenti

AFP

"Ville morte" en RD Congo: Kinshasa au ralenti, restrictions sur les réseaux sociaux

"Ville morte" en RD Congo: Kinshasa au ralenti, restrictions sur les réseaux sociaux

Manifestation

AFP

Zimbabwe: la police réprime brutalement une manifestation d'opposants

Zimbabwe: la police réprime brutalement une manifestation d'opposants

AFP

Tunisie: manifestation contre la pollution dans une cité industrielle du sud

Tunisie: manifestation contre la pollution dans une cité industrielle du sud

AFP

Burkina: manifestation de policiers radiés demandant leur réintégration

Burkina: manifestation de policiers radiés demandant leur réintégration

RFI

AFP

Amnesty appelle Kinshasa

Amnesty appelle Kinshasa

AFP

Cameroun: 10 ans de prison ferme pour le journaliste de RFI Ahmed Abba

Cameroun: 10 ans de prison ferme pour le journaliste de RFI Ahmed Abba

AFP

Cameroun: peine de mort requise contre un journaliste de RFI

Cameroun: peine de mort requise contre un journaliste de RFI