mis à jour le

Zambie: le nouveau président Edgar Lungu prête serment

Le nouveau président zambien Edgar Lungu a prêté serment dimanche, après avoir remporté l'élection présidentielle avec une courte majorité, dans un scrutin qualifié de "simulacre" par l'opposition.

Edgar Lungu devient ainsi le sixième président de la Zambie (ancienne Rhodésie) depuis son indépendance du Royaume-Uni en 1964.

Dans un stade bondé à Lusaka, le nouveau président a prêté serment en posant sa main sur la Bible, jurant fidélité au peuple zambien devant des milliers de partisans radieux, des chefs d'Etat régionaux et des diplomates.

Déclaré vainqueur samedi, M. Lungu, 58 ans, candidat du Front patriotique au pouvoir, est arrivé premier d'une courte tête avec 48,33% des voix, devançant son rival Hakainde Hichilema, candidat du Parti de l'unité pour le développement national, qui a obtenu 46,67% des voix lors du scrutin de mardi.

Le nouveau président dirigera ce pays d'Afrique australe jusqu'en septembre 2016, fin du mandat de cinq ans que n'a pas achevé Michael Sata, l'ancien chef de l'Etat, décédé en octobre.

"Je suis très honoré que vous ayez décidé de faire de moi votre serviteur", a-t-il déclaré devant les milliers de partisans, saluant son prédécesseur et se disant "rempli d'humilité devant la confiance" que lui accordait "le peuple zambien".

"Nous devons poursuivre dans la lignée du président Sata et je promets au peuple de Zambie qu'il aura une nouvelle constitution", a ajouté le chef d'Etat fraîchement élu.

L'élaboration d'une nouvelle constitution était l'un des engagements de Sata lors de son arrivée au pouvoir en 2011, mais ce projet a subi toute une série de retards.

"Pour sûr, nous aurons bientôt une constitution soucieuse du peuple", a-t-il encore dit, tout en faisant de la "réduction de la pauvreté" sa grande priorité.

Le nouveau président, qui fait partie de la minorité ethnique Nsenga, a également voulu rassurer sur les craintes d'affrontements entre tribus. "Le tribalisme est une menace à notre sécurité nationale et à la paix", a affirmé M. Lungu. "Nous avons besoin de fixer un cap à notre pays et nous le fixerons ensemble".

Invité à la cérémonie d'investiture, le président du Zimbabwe voisin Robert Mugabe s'est dit confiant sur le fait que Lungu "parvienne à garder une Zambie unie". "Une Zambie, une Nation", a-t-il lancé devant la foule.

Des milliers de Zambiens étaient rassemblés pour la cérémonie dans un grand stade de Lusaka, le "Stade des héros de la Nation", où sont également venus les anciens présidents zambiens Rupiah Banda et Kenneth Kaunda, premier chef d'Etat de la Zambie indépendante.

"Lungu est notre président maintenant, tous les Zambiens doivent respecter ça, y compris nos opposants politiques", a lancé Victor Chaponda, un militant du Front patriotique parmi des milliers d'autres rassemblés dans le stade.

"Nous sommes tous des Zambiens. Une Zambie, un président, et c'est Lungu", a-t-il ajouté.

L'adversaire de l'opposition, Hakainde Hichilema, avait dénoncé samedi un "simulacre" d'élection, alors que le scrutin avait été entaché de retards.

Le scrutin s'était prolongé sur trois jours, notamment en raison des mauvaises conditions météorologiques qui ont empêché les électeurs d'accéder aux bureaux de vote.

M. Hichilema, un homme d'affaires de 52 ans qui briguait la présidence pour la quatrième fois, a accusé son rival de lui avoir volé sa victoire. 

A l'inverse, la responsable de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, a félicité la Zambie pour avoir "organisé des élections exemplaires, réussies et dans le calme".

Cette élection, s'est-elle réjoui, "donne le ton pour les 17 élections encore programmées en 2015 sur notre continent".

AFP

Ses derniers articles: Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants  Les tribulations d'un aviateur casse-cou au Soudan du Sud  Casques bleus soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique: le Gabon et le Burundi promettent des sanctions 

nouveau

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

AFP

Gabon: nouveau code pour que les journaux ne soient plus des outils "de combat politique"

Gabon: nouveau code pour que les journaux ne soient plus des outils "de combat politique"

président

AFP

Angola: coup d'envoi de la succession du président dos Santos

Angola: coup d'envoi de la succession du président dos Santos

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

AFP

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président